Dimanche 1 Mars 2015







Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Affaire du fils « rappeur » de Sankara, J.A s’explique

Ouestafnews - Suite au tollé suscité par son article sur un jeune musicien Ismael Sankara qu’il a présenté comme le « fils » jusqu’ici inconnu du défunt président burkinabé Thomas Sankara, l’hebdomadaire Jeune Afrique (J.A., basé à Paris) a apporté dans sa dernière livraison (n° 2687) quelques éclairages sur l’affaire Ismaël Sankara.


Contacté par Ouestafnews, l’auteur de l’article à l’origine de l’affaire, Pascal Airault, n'a pas voulu revenir sur l'affaire mais préféré renvoyer notre rédaction aux précisions contenues dans le dernier numéro de J.A. dans lequel il écrit avoir rencontré le jeune Ismael «à l'hôtel Onomo de Libreville au début de mars (2012) pendant près d'une heure ». Et le journaliste de poursuivre que le jeune rappeur lui « a confirmé être le fils de Thomas Sankara ».


Après la publication du premier article, « Ismaël Sankara m'a prié d'écrire un correctif, me disant qu'il était soumis à des pressions familiales et qu'il était encore trop tôt pour dévoiler son passé. Je lui ai répondu que je ne pouvais pas revenir sur la version qu'il m'avait donnée », a ajouté M.Airault qui précise qu’un droit de réponse avait été proposé à Ismaël.

Le portrait fait par Jeune Afrique de ce jeune rappeur vivant aux Etats-Unis a été repris par des journaux burkinabés, suscitant beaucoup d’interrogations et une vive polémique.

Dans une interview accordée à Bendré, un hebdomadaire burkinabé, Ismaël Sankaré a aussi démenti, les informations publiées par Jeune Afrique.

« L’interview a été publiée sans mon consentement. Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara, la politique n’est pas au centre de mes intérêts », a-t-il indiqué à Bendré.

Dans cette affaire Jeune Afrique a aussi reçu, une réaction provenant d’un membre de la famille de Thomas Sankara, réfutant la filiation entre ce dernier et Ismaël.

« Ismaël porte peut-être le nom Sankara, il a peut-être des liens avec la famille, mais Ismaël n'est pas un fils de Thomas. » a indiqué Theodul Sankara, neveu de Thomas Sankara qui a saisi la rédaction de Jeune Afrique par Courrier électronique, selon notre confrère Pascal Airault qui dit continuer ses investigations pour y voir plus clair.

Thomas Sankara a dirigé le Burkina Faso de 1983 à 1987 avant d’être assassiné par son ami et compagnon d’armes , Blaise Compaoré, encore au pouvoir à Ouagadougou. Pour nombre de militants panafricanistes et de jeunes Africains, Thomas Sankara, reste l’un des plus grands symboles de l’engagement patriotique et du combat pour la libération totale et entière de l’Afrique.

Jeudi 5 Juillet 2012
Ouestaf News
Lu 1242 fois








Derniers tweets
Ouestafnews : Opinion: Quelles options stratégiques, Quel dispositif opérationnel et quels choix tactiques face à Boko Haram... http://t.co/IC6xX4VxZg
Vendredi 27 Février - 23:26
Ouestafnews : L'Afrique de l'ouest en bref à 19H 00 GMT, 27/02/2015 - Mali, Sénégal, Nigeria, Burkina Faso, Côte d’Ivoire :... http://t.co/bLOrKhHC5D
Vendredi 27 Février - 21:36
Ouestafnews : Nouveau projet d'accord de paix remis par Alger aux parties maliennes (texte intégral) http://t.co/jse2VWvkpu
Vendredi 27 Février - 21:06

Derniers tweets
Momar Niang : Prof wandiga deplores the continuing use of DDT in Africa, despite the ban on it. #airpollution. #Cseindia #Mesha
Vendredi 27 Février - 09:55
Momar Niang : Contrairement à ce que beaucoup pensent, les petites villes souffrent plus de la pollution atmosphérique (#Cse).#airpollution
Vendredi 27 Février - 08:42