Ouestaf.com, Premier site sous-régional d'information en Afrique de l'ouest
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Afrique: adolescence et grossesse, le chiffre exagéré de l'OMS


Ouestafnews (en collaboration avec Africacheck) - En Afrique subsaharienne, 50% des naissances surviennent au cours de l’adolescence, a récemment indiqué une responsable de l’Agence française de développement (AFD), citant l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le chiffre est exagéré.

Dans une contribution publiée sur le site web du journal Le Monde, le 16 mai dernier, Mme Marie-Pierre Nicollet, directrice du département Développement humain à l’Agence française de développement (AFD), abordait la thématique de l’éducation sexuelle au sein de l’école. Ce texte est une contribution à la réflexion autour de la hausse de la croissance démographique en Afrique.

Ainsi, parmi les chiffres mentionnés, on pouvait lire que 50% des naissances en Afrique subsaharienne surviennent au cours de l’adolescence (les filles de 15 à 19 ans). Ce chiffre correspond-il à la réalité ? Africa Check a vérifié.

D’où vient ce chiffre ?

Contactée via mail, Mme Nicollet a communiqué à Africa Check la source qu’elle a consultée. Il s’agit de la rubrique Santé de la mère, du nouveau-né, de l’enfant et de l’adolescent du site de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Celle-ci renseigne que « la proportion de naissances qui ont lieu au cours de l’adolescence est d’environ 2% en Chine, 18% en Amérique latine et dans les Caraïbes, et de plus de 50% en Afrique subsaharienne ». Il s’agit du chiffre le plus récent communiqué par l’OMS sur cette thématique.

La même source indique également que près de 16 millions de jeunes femmes âgées de 15 à 19 ans donnent naissance à un enfant chaque année dans le monde entier. Cette estimation correspondant à 11% de l’ensemble des naissances.

En outre, l’OMS souligne que les taux de grossesse les plus élevés sont constatés en Afrique subsaharienne et dans la partie sud de l’Asie centrale et orientale. L’institution onusienne note toutefois que, de manière générale, les taux de grossesse chez les adolescentes ont diminué dans la plupart des pays et régions ces trois dernières décennies.
 
Contrairement aux naissances, les grossesses sont une donnée assez difficile à quantifier sur le continent. En effet, elles dépendent grandement des réalités sociales des pays étudiés, du mariage, du niveau d’études, des morts à la naissance, des fausses couches ou encore des avortements clandestins. Et elles présentent plusieurs difficultés quand il s’agit de les estimer de façon précise.

Aussi, selon une estimation de l’organisation américaine de recherche Guttmacher Institute réalisée en 2007, seules 71% des grossesses d’adolescentes en Afrique sub-saharienne aboutissent à des naissances vivantes.

Si tant est que les naissances qui surviennent au cours de l’adolescence en Afrique subsaharienne soient d’environ 50%, il faut noter que les tendances sont disparates au sein de cette même région. Par exemple, sur le site de l’OMS, il est indiqué que le taux des grossesses chez les adolescentes est de 0,3% au Rwanda alors qu’il est de 12,2% au Mozambique, soit nettement plus élevé. Par ailleurs, dans un article d’Africa Check, Adebayo Fayoyin, conseiller régional en communication de United Nations Population Fund (UNFPA) disait qu’en Afrique subsaharienne, peu d’études sont disponibles vis-à-vis des naissances vivantes, des pertes de fœtus et des avortements.

Près de 200 naissances pour 1.000 adolescentes en Afrique de l’Ouest et du Centre

Le rapport 2015 de l’UNICEF intitulé Mariages d’enfants, grossesses précoces et formation de la famille en Afrique de l’Ouest et du Centre signale que cette région dispose des taux de natalité chez les adolescentes les plus élevés au monde. Ainsi, on y apprend que le pourcentage d’accouchements survenus avant 18 ans s’établit à 34,3%.

Les cas de femmes âgées de 20 à 24 ans ayant eu un enfant avant l’âge de 18 ans sont surtout élevés en Guinée, au Mali, au Niger, au Tchad, en République Centrafricaine et au Gabon. De son côté, le rapport World Fertility Patterns 2015 des Nations-Unies renseigne que le taux de natalité chez les adolescentes, bien qu’élevé, est caractérisé par une légère baisse, si l’on compare les périodes 1990-1995 et 2010-2015.

Un chiffre qui pose problème

Même si l’on se réfère à la proportion majoritairement jeune de la population africaine, l’information selon laquelle 50% des grossesses surviennent au cours de l’adolescence en Afrique subsaharienne semble surestimée. Contacté par Africa Check, Tom Pullum, chargé du département statistiques et études de l’ONG américaine The Demographic and Health Surveys (DHS) Program, a estimé que ce chiffre n’est pas très vraisemblable.

« Un taux de 50% serait déjà bien trop élevé pour n’importe quel pays, quand bien même il s’agirait d’un pays subsaharien ou de l’Afrique subsaharienne dans son intégralité. La population africaine étant majoritairement jeune, on pourrait avancer l’argument selon lequel le nombre des naissances durant l’adolescence est amplifié. Mais cet argument n’est pas assez lourd pour justifier un taux de 50% de naissances auprès des adolescentes subsahariennes », explique M. Pullum.

De fait, il a cité en exemple une étude du DHS menée au Zimbabwe, en 2015, auprès de 11 000 foyers. Les résultats de cette enquête avaient révélé que 14,1 % des naissances dans ce pays surviennent lorsque la mère est âgée de 15 à 19 ans, et 26,3% pour la tranche d’âge 20-24 ans.

Nous avons contacté le Docteur Colin Mathers qui nous a orientés vers sa collègue, le Docteur Doris Chou. Celle-ci a d’abord dit qu’elle a parlé du chiffre avec ses collègues pour voir s’il s’agissait véritablement d’une information de l’OMS. Puis, par l’intermédiaire de M. Pullum, elle a assuré que l’OMS travaillait sur la correction de l’article. Nous allons actualiser notre article dès que l’OMS le fera.

Une Fausse allégation

La directrice du département Développement humain de l’Agence française de développement (AFD) a écrit, dans une tribune parue sur le site du journal Le Monde, qu’en Afrique subsaharienne, 50% des naissances surviennent au cours de l’adolescence. Le chiffre avancé par Marie-Pierre Nicollet est tiré d’un récent rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Quand bien même cette zone enregistre les taux de naissances les plus élevés dans le monde, une estimation de 50% chez les adolescentes paraît exagérée, selon Tom Pullum, chargé du département statistiques et études de l’ONG américaine The Demographic and Health Surveys (DHS) Program.

Au vu des données disponibles pour le moment sur cette thématique, cette estimation de Marie-Pierre Nicollet n’est pas prouvée et semble être exagérée.

Jeudi 22 Juin 2017
Ouestaf News
Lu 1373 fois
Ouestaf News


Derniers tweets
Ouestafnews : Les brèves en Afrique de l'Ouest à 19H00 GMT- le 17/10/2017- Sénégal, Mali, Nigeria : mines, ITIE, revenus,... https://t.co/PVp2mxw19q
Mardi 17 Octobre - 22:35
Ouestafnews : Les brèves en Afrique de l'Ouest à 13H00 GMT- le 17/10/2017- Côte d’Ivoire, Mali, Togo : Sokodé, Bilan,... https://t.co/gCAodpr7oi
Mardi 17 Octobre - 18:46
Ouestafnews : Lèpre, fistules obstétricales, épilepsie : quand le regard de l’autre rend prisonnier: Ouestafnews - Astou Sané,... https://t.co/Kq5LmkfZx4
Mardi 17 Octobre - 16:26

Derniers tweets
Hamadou Tidiane SY : #Afrique #justice #Sankaraday #dette Pour que nul n'oublie. Lui a toujours été un homme debout. Du début à la... https://t.co/FEeIKUxJYE
Mardi 17 Octobre - 20:59
Hamadou Tidiane SY : #sénégal #santé #gouvernance Bonne lecture... https://t.co/bgWgu8yyK4
Mardi 17 Octobre - 20:36

Derniers tweets
Momar Niang : RT @abdouazizcisse9: La musique lui a permis de tenir... https://t.co/SGNIIjsgwT #ouestaf #kebetu @FESPACO1 @mniang48 @DrameDiomma @tidiane…
Mardi 17 Octobre - 22:38
Momar Niang : #uranium #Niger : « A cause d’ #Areva, nous vivons une pollution durable » (militant) https://t.co/V5JItHstkH
Mardi 17 Octobre - 16:40