Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Afrique de l’ouest : l'épineux cas Yahya Jammeh


Ouestafnews – Manifestations politiques violemment réprimées, attaques contre la presse, querelle de voisinage avec le Sénégal… la Gambie est encore une fois aux devants de la scène suscitant l’inquiétude et des dénonciations devenues cycliques, mais pour l’instant sans grand résultat.

Suite aux derniers soubresauts sociaux-politiques, ayant entraîné l’arrestation d’opposants dans ce petit pays d’Afrique de l’ouest, un groupe de trois organisations internationales y a dépêché une délégation du 3 au 5 mai 2016 pour tenter d’apaiser les tensions. Au delà de l’effet d’annonce, on attend d’en savoir les résultats concrets.

De son côté, profitant de la journée mondiale de la liberté de la presse, célébrée le 3 mai de chaque année, l’Union des journalistes d’Afrique de l’Ouest (Ujao) a décerné à la Gambie, le titre de pays « le plus hostile en Afrique » pour la pratique du métier de journaliste.

« Les 22 ans de règne de Yahya Jammeh en Gambie ne sont pas seulement synonyme de d’assassinat et d’exils pour les journalistes mais aussi constitue un signe d’irrespect envers les leaders régionaux comme le montre son refus d’appliquer les décisions émanant de la Cedeao » a affirmé Peter Quaqua, le président l’Ujao, cité dans un communiqué de son organisation.

Dirigée depuis deux décennies par un régime autocratique sous la houlette de Yahya Jammeh, la Gambie traine une mauvaise réputation dans le domaine de la liberté de la presse et de la liberté d’expression en général.

Le dernier épisode en date, remonte au 14 avril 2016, lorsque les forces de l’ordre ont dispersé une manifestation pacifique d’opposants (qui réclamaient des réformes politiques, en prélude à la prochaine élection présidentielle prévue en décembre 2016) sous la houlette du parti démocratique uni (UDP).

Un événement qui a aussi occasionné la mort de Solo Sandeng, le chargé de la propagande au sein de l’UDP, décédé entre les mains de la police.

Dépêchée conjointement par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Organisation des Nations-unies (Onu) et l’Union africaine (U.A), une délégation a séjourné à Banjul début mai 2015.

A l’issue de sa mission, cette délégation a invité le gouvernement en place à Banjul à se conformer aux « standards démocratiques » en prévision du scrutin présidentiel et surtout à ouvrir une « enquête indépendante et crédible » afin de faire la lumière sur les évènements de la journée du 14 avril.
Cette dernière requête avait déjà été formulée par des organisations de défense des droits de l’Homme dont Amnesty international et Article 19.

Régime autocratique

Il s’agit là comme d’une répétition des mêmes doléances à chaque fois que les droits de l’Homme sont bafoués en Gambie, depuis l’arrive au pouvoir il y a 22 ans de Yahya Jammeh, ancien capitaine de l’armée qui s’est accaparé du pouvoir suite à un coup d’Etat en juillet 1994.

Depuis, il ne reste plus de l’image du jeune capitaine efflanqué qui venait de mettre fin au régime de Dawda Jawara que quelques subsides dans les mémoires.

Aujourd’hui, c’est emmitouflé dans des boubous immaculés, coiffé d’un bonnet, canne et chapelet autour du poignet, qu’il aime se présenter au public. A la fois Chef d’état, médecin, professeur autoproclamé…sa personnalité versatile restent au centre du pouvoir et tient le pays d’une main de fer.

Les multiples tentatives de coup d’Etat (réels ou supposés) qu’il a essuyées l’ont poussé à installer un régime policier et répressif. En deux décennies de pouvoir, son bilan reste sombre, marqués par des emprisonnements, des meurtres extrajudiciaires, des arrestations arbitraires, des disparitions. Des crimes impunis avec les cas emblématiques des journalistes Ebrimah Manneh et Deyda Hydara respectivement disparu en 2006 et assassiné en 2004.

Pour donner une idée de l’ampleur de la répression, le journal privé sénégalais « Le Quotidien », écrit que « déjà en 2012, le bilan était on ne peut plus macabre. Yahya Jammeh a commis nombre de crimes. Il a fait assassiner 26 soldats et agents de sécurité, fait disparaître mystérieusement plus de 17 personnes… »

Les Gambiens qui vivent tenaillés par « une peur palpable » comme le mentionnait, Juan Mendez, le rapporteur spécial de l’Onu sur la Torture et les traitements inhumains doivent aussi désormais faire à la menace de l’instauration d’un « Etat islamique », un projet annoncé avec grand éclat et dans la grande surprise par… Jammeh lui-même.

Samedi 7 Mai 2016
Ouestaf News
Lu 1144 fois
Ouestaf News








Derniers tweets
Ouestafnews : Médias : le premier prix de fact-checking pour l’Afrique francophone, revient à la Côte d’Ivoire: Ouestafnews -... https://t.co/AHf1KPIEG9
Vendredi 9 Décembre - 16:36
Ouestafnews : Sécurité : armées et drones pour reconquérir le Sahel: Ouestafnews – L’option militaire prise par les pays du... https://t.co/bUiqiYxUe5
Vendredi 9 Décembre - 16:11
Ouestafnews : L'Afrique de l'ouest en bref à 13H 00 GMT - 09/12/2016 : Sénégal, Mali, Bénin, Burkina Faso : développement,... https://t.co/9vGKcAlm7a
Vendredi 9 Décembre - 14:50

Derniers tweets
Hamadou Tidiane SY : #médias et #journalisme en Afrique : que de défis #RAC2016
Jeudi 8 Décembre - 09:44
Hamadou Tidiane SY : #media #journalisme 75 % des médias africains utilisent les grandes agences comme source d'information sur le reste de l'Afrique #RAC2016
Jeudi 8 Décembre - 09:02

Derniers tweets
Momar Niang : Le gouvernement du #Sénégal a-t-il créé plus de 230 000 emplois ? #Kebetu https://t.co/mPrvaFls9y
Vendredi 9 Décembre - 20:16
Momar Niang : #Sécurité : armées et #drones pour reconquérir le #Sahel https://t.co/7Z6mnnWnMM
Vendredi 9 Décembre - 17:08