Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Afrique de l’ouest : six élections et plein de menaces pour 2015

Ouestafnews – Dans une région où élections est souvent synonyme de « troubles », et avec pas moins de six scrutins majeurs prévus en 2015, la hantise de lendemains incertains commence déjà à s’installer dans certains pays d’Afrique de l’Ouest.


Des élections présidentielles sont prévues notamment au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Niger, au Nigeria, en Guinée et au Togo.

Au Burkina Faso et au Nigeria surtout, la tension est très palpable et suscite déjà de fortes des appréhensions quant à l’éclatement possible de troubles.

Burkina Faso : longévité et pouvoir contesté

Au Burkina Faso, le président Blaise Compaoré au pouvoir depuis 1987, semble vouloir prolonger son bail à la tête de l’Etat. Sa volonté d’organiser un référendum pour modifier l’article 37 de la constitution relatif à la limitation du mandat présidentiel est à la base d’un grand mécontentement au sein de l’opposition et de la société civile qui pour le moment multiplient les initiatives pacifiques afin d’empêcher l’accomplissement d’un tel dessein.

« Le Burkina Faso a jusqu'ici pu échapper à de graves bouleversements grâce à sa stabilité interne et un solide appareil sécuritaire. Mais la détérioration du climat politique à l'horizon 2015 pourrait rendre le pays plus vulnérable », lit-on dans le dernier rapport de l’ONG International Crisis Group (ICG) consacré à ce pays.

La modification de la loi fondamentale, et notamment des articles limitatifs du mandat présidentiel constitue la nouvelle trouvaille des « potentats » sur le continent, mais l’histoire récente nous a montré qu’elle fut fatale pour Mamadou Tandja du Niger et Abdoulaye Wade, l’ex-président sénégalais.

Togo : le dialogue impossible

Une situation similaire se déroule au Togo où le président Faure Gnassingbé veut briguer un troisième mandat alors que ses opposants réclament en vain l’adoption de réformes constitutionnelles et électorales préconisées par l’Accord politique globale (APG) signé en 1999 sous l’égide de l’Union européenne.

Ces réformes portent entre autres sur la limitation du mandat présidentiel, et l’adoption d’un mode de scrutin à deux tours. Ces deux points autour desquels, un consensus peine à se faire, furent à la base de l’échec, début juin 2014, du dialogue entamé avec le pouvoir.

Pour Isidore Kpotufe, en charge de la section francophone du Think tank, Imani (basé au Ghana), la « vérité des urnes » passera par la non-présentation de Faure Gnassingbé pour un troisième mandat, un Consensus sur les élections à deux tours, une composition paritaire de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et une composition paritaire de la Cour suprême.

Nigeria : un président affaibli et déjà des troubles

Au Nigeria, le président Goodluck Jonathan déjà fortement affaibli par la vague de violence meurtrière que les insurgés de Boko Haram ont installé dans le pays depuis 2009, subit une forte contestation au sein de son propre parti, le People’s democratic party (PDP).

Contestant la volonté de Goodluck Jonathan de briguer un autre mandat, des cadres importants (parlementaires, gouverneurs…) du PDP sont partis grossir les rangs de l’opposition.

Le président Jonathan qui avait terminé le mandat de Umaru Yara’adua, décédé en 2009 a été élu deux ans plus tard. En février 2015, il sera en lice pour une réélection sous la bannière du PDP. Nul doute que les prochains développements au plan sécuritaire auront un impact sur le scrutin dans un pays où la secte Boko Haram a fini de prouver qu’elle peut frapper à tout moment et n’importe où.

Guinée et Côte d’ivoire : « normalisation » fragile …

Les Ivoiriens et les Guinéens se relèvent à peine de la douleur de leurs précédents scrutins présidentiels, et tentent d’amorcer une difficile normalisation couplée à la reprise économique. Et pourtant rien ne dit que les vieux démons ne vont pas refaire surface et replonger ces deux pays au grand potentiel dans le chaos.

Présentant son rapport sur la situation en Afrique de l’ouest, le 08 juillet 2014 devant le conseil de sécurité, le représentant spécial du secrétaire général de l’Organisation des nations-unies (Onu), Saïd Djinnit a averti que l’Afrique de l’ouest est à l’orée d’une période « cruciale ».

« Ces scrutins se dérouleront dans des sociétés fortement polarisées et dans un contexte de profondes divisions politiques », a déclaré le diplomate algérien qui a notamment appelé la classe politique nigériane à faire « front commun » contre les menaces sécuritaires dans la perspective de la prochaine élection présidentielle.

Jeudi 10 Juillet 2014
Ouestaf News
Lu 1632 fois
Ouestaf News








Derniers tweets
Ouestafnews : L'Afrique de l'ouest en bref à 19H 00 GMT - 02/12/2016 : Nigeria, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Guinée :... https://t.co/eWWfjJmJvZ
Vendredi 2 Décembre - 20:25
Ouestafnews : Gambie : fin de règne pour Jammeh ?: Ouestafnews - Le régime de Yahya Jammeh semble, à la grande surprise,... https://t.co/6jFwJBQFDw
Vendredi 2 Décembre - 18:51
Ouestafnews : Conseil des ministres du Niger du 01 décembre 2016 (le communiqué): Conseil des Ministres s’est réuni ce jour,... https://t.co/NiMvI0YILL
Vendredi 2 Décembre - 18:07

Derniers tweets
Hamadou Tidiane SY : Des bonnes manières sur FB Soyons clairs là les "amis". Si pour une raison ou une autre vous me supprimez de... https://t.co/42C935ggEH
Samedi 3 Décembre - 11:02
Hamadou Tidiane SY : Gambie : va-t-on vraiment ouvrir une nouvelle ère ? https://t.co/2Yaop6O7mB
Vendredi 2 Décembre - 18:49

Derniers tweets
Momar Niang : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la Gambie, #GambiaDecides , all you need to know about Jammeh here: https://t.co/3zUK33kg1a
Vendredi 2 Décembre - 19:11
Momar Niang : @WillFitzgibbon @ouestafnews gonna see that.
Vendredi 2 Décembre - 19:08