Ouestaf.com, Premier site sous-régional d'information en Afrique de l'ouest
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Bénin: des ONG inquiètes de la ''crise politique et sociale'' (communiqué)


Individuellement et collectivement, l’actualité nationale que nous subissons depuis quelques temps nous consterne et nous indigne dans notre fierté résiduelle de citoyens béninois. Progressivement, mais fatalement, nos acquis démocratiques et notre espérance d’une nation démocratique, paisible et unie agonisent dangereusement sous le poids d’un cocktail de crises simultanées et incessantes dont les illustrations encombrent notre quotidien de Béninois.
 

A l’analyse, il semble que le Bénin est encore en crise.

Crise et arrestations politiques

Notre pays va très mal au point qu’il y règne l’arbitraire et la banalisation des restrictions des libertés publiques.

Conséquence des résultats des élections présidentielles de 2011, l’obsession sécuritaire de nos dirigeants actuels fait le lit à une succession de rocambolesques dossiers sécuritaires sans précédents. Mais au fond, qu’ils soient qualifiés de ‘’tentative d’assassinat et d’association de malfaiteurs’’ ou ‘’d’atteinte à la sureté de l’Etat’’, ces dossiers justifient-ils l’arbitraire, l’amateurisme et l’opacité entretenus par une certaine administration de la  justice ?

Tout porte à croire que, une fois encore, le Procureur de la République nous prépare à douter des résultats issus des perquisitions et autres actes posés dans la conduite du dossier supposé ‘’d’atteinte à la sureté de l’Etat’’.

Après les dernières arrestations, les citoyens béninois que nous sommes s’inquiètent de l’ampleur que prennent les violations des droits élémentaires des parents et conseils de mis en causes mais aussi de notre droit à l’information, surtout dans des dossiers aussi politiques que sensibles.

Nous saluons ici le courage légendaire de ces députés qui luttent contre une ‘’justice à deux vitesses’’ dans les dossiers de poursuites devant la Haute Cour de Justice. Par la radio parlementaire, le peuple a retenu ces nombreuses autres personnalités qui devraient aussi répondre devant la Haute Cour de Justice à moins qu’ils soient au-dessus de la loi. Dans tous les cas, l’actuelle crise politique nous aura convaincu de notre retour dans le spectre des arrestations politiques, qui, comme une épée de Damoclès, pendent déjà sur chacune des têtes des Béninoises et des Béninois. 

La crise politique mue, et, avec elle, une crise sociale.

Crise et affronts sociaux

Les derniers concours de recrutements d’Agents Permanents de l’Etat organisés au profit du Ministère de l’économie et des finances auraient-ils atteint des objectifs ? A l’épreuve des faits, les prescriptions morales et légales ont cédé la place à la cupidité de certaines autorités de nos administrations. Les faits sont ceux dénoncés par tous ces vaillants béninois sans que, bizarrement cela n’émeuve nullement notre Gouvernement. Ils  sont suffisamment graves pour scléroser l’espoir de la jeunesse et son droit à l’emploi dans des conditions égalitaires. En tout état de cause, le silence, assourdissant du gouvernement est déjà pour nous les signes d’une complicité très poussée et d’un affront public à la jeunesse et au peuple qui devra y apporter la réponse appropriée en son temps.   

Espaces d’expression en péril

Individuellement et collectivement, toutes ces crises nous éprouvent dans notre bâillonnement actuel à nous exprimer et à nous indigner. Car les médias sont l’objet d’assauts permanents et répétés, sur les résidus d’accès aux médias, par le truchement de contrats de stricte propagande et de décisions de justice ou d’institutions vassalisés...

Les organisations signataires de la présente, indignées par la situation, ont décidé d’agir ensemble et d’user de tous les moyens légaux pour contraindre le gouvernement au respect des libertés fondamentales. En tout état de cause, le non retour à une situation normale signifierait une déclaration de guerre aux acquis de la conférence nationale qui impliquerait de notre part des réactions appropriées.  

Fait à Cotonou, le 7 mars 2013

Les organisations signataires
ALCRER (Association   de  Lutte  Contre  le  Racisme, l’Ethnocentrisme  et  le Régionalisme)
CAO (Centre Afrika Obota)
DHPD (Droits de l’Homme, Paix et Développement)
Nouvelle Ethique
PASCIB
RIFONGA (Réseau pour l'Intégration des Femmes des ONG et Associations Africaines)
Social WATCH
WANEP Benin (West Africa Network for Peacebuilding)


Vendredi 8 Mars 2013
Ouestaf News
Lu 485 fois
Ouestaf News







Derniers tweets
Ouestafnews : Recouvrement des biens mal acquis : un travail d’hercule !: Ouestafnews- Plusieurs centaines de milliards FCFA... https://t.co/m88eus57ht
Vendredi 18 Août - 17:48
Ouestafnews : Rapport Ofnac 2014/2015 : Anne et Dia, partisans du président, narguent l’Ofnac:... https://t.co/iuZhDTNDGN https://t.co/A5BKRvKiCX
Vendredi 18 Août - 17:48
Ouestafnews : Les brèves en Afrique de l'Ouest à 13H00 GMT- le 18/08/2017- Burkina Faso, Niger, Mali, Côte d’Ivoire, Gambie :... https://t.co/RfGeeetvLF
Vendredi 18 Août - 17:48

Derniers tweets
Hamadou Tidiane SY : #SierraLeone all our thoughts and sympathy to our brothers and sisters affected by this natural disater. We stand by you.
Jeudi 17 Août - 03:42
Hamadou Tidiane SY : #SierraLeone : pensées pieuses et solidaires à tous nos frères et soeurs de ce pays.
Jeudi 17 Août - 03:41

Derniers tweets
Momar Niang : #corruption #gouvernance #ouestaf Rapport IGE 2012 : Quand la Lonase finance la campagne de Wade https://t.co/w7829EJ4n9
Jeudi 17 Août - 21:37