Mercredi 1 Octobre 2014







Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Côte D’Ivoire : intense guerre médiatique après l’arrestation de Gbagbo

Ouestafnews - La France et les partisans de Laurent Gbagbo se sont engagés dans une rude bataille médiatique après l’arrestation ce lundi 11 avril 2011 du président Laurent Gbagbo à Abidjan, où des combats font rage depuis plusieurs jours entre les forces loyales au président Gbagbo et les soldats alliés à son rival Alassane Ouattara, soutenu par la « communauté internationale ».


Le président Gbagbo, qui vient d'être arrêté (photo d'archives : J.C. Abalo pour Ouestaf.com)
Le président Gbagbo, qui vient d'être arrêté (photo d'archives : J.C. Abalo pour Ouestaf.com)
Dès son arrestation, c’est Alain Toussaint, un des porte-paroles de Laurent Gbagbo établi en France qui parle à l’agence de presse britannique Reuters pour annoncer que le président Gbagbo « a été arrêté par les forces spéciales françaises et remis à des chefs de la rébellion ».

Cette version des faits, qui accrédite facilement la thèse du complot « impérialiste » que dénoncent depuis des mois les hommes du président Gbagbo, est immédiatement démentie par le camp Ouattara.

Dans une interview à Radio France Internationale (RFI, service public français) Guillaume Soro, le premier ministre de Ouattara soutient que les militaires français ne sont pas entrés dans la résidence où se terrait le chef d’Etat désormais déchu. «Ce sont les forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI, alliées de Ouattara) qui sont allés le chercher dans son bunker, lui et sa femme sont en bonne santé», déclare M. Soro à la radio française.

Une source militaire française, citée par l’Agence France Presse (AFP, semi publique) précise de son côté que les forces françaises et celles de l’Opération des Nations-unies en Cote d’Ivoire (Onuci) « ont été en soutien » au FRCI dans l’opération ayant conduit à l’arrestation de M. Gbagbo.

Ces différentes versions, difficiles à faire confirmer par des sources indépendantes en raison de la confusion et de l’insécurité qui règnent à Abidjan, prolongent la guerre médiatique que les différents protagonistes du conflit ivoirien ont engagés sur le terrain de l’information depuis le début de la crise postélectorale.

L’arrestation de M. Gbagbo, met fin à son régime et à la dualité au sommet de l’Etat en Côte d’Ivoire. Cette dualité était en vigueur dans le pays depuis le début du mois de décembre 2010, lorsque Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara se sont tous deux proclamés « vainqueur » du second tour de la présidentielle du 28 novembre 2010, plongeant le pays dans une crise aigüe. Cette crise s’est terminée par une violente guerre civile qui aura vu plusieurs centaines de civils innocents massacrés dans plusieurs parties du pays. Depuis, chacun des deux camps accusent l’autre d’exactions commises contre les populations civiles.

Lundi 11 Avril 2011
Ouestaf News
Lu 2247 fois








Derniers tweets
Ouestafnews : Burkina Faso: le dialogue politique en cinq points (communiqué): La majorité et l’opposition politique burkinabè... http://t.co/Cc9wDCkM8M
Mardi 30 Septembre - 22:34
Ouestafnews : L'Afrique de l'ouest en bref à 19H 00 GMT, 30/09/2014 - Sénégal, Mali, Burkina Faso, Nigeria : santé,... http://t.co/waDP14ivXY
Mardi 30 Septembre - 21:49
Ouestafnews : L'Afrique de l'ouest en bref à 13H 00 GMT, 30/09/2014 – Togo, Sénégal, Côte d’Ivoire, Bénin, Burkina Faso : TEC,... http://t.co/Rh3eC54poe
Mardi 30 Septembre - 15:29