Ouestaf.com, Premier site sous-régional d'information en Afrique de l'ouest
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Crise politique au Niger : la Cedeao craint des « risques de dérives »

Ouestafnews - Les chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) ont exprimé leurs « vives préoccupations » quant « aux risques de dérives » qui pourraient découler des récents événements autour de la Constitution au Niger


Réunis, le lundi 22 juin à Abuja pour la 36ème session ordinaire de la Cedeao ces chefs d’Etat ont « réaffirmé » leur attachement au Protocole additionnel de la Cedeao sur la démocratie et la bonne gouvernance, ratifié par le Niger, rapporte un communiqué transmis à Ouestafnews.
Lors de cette rencontre présidée par le président en exercice de la Cedeao, le Nigérian Umaru Musa Yar’Adua, les chefs d’Etat et de Gouvernement ont lancé un appel aux autorités nigériennes à veiller au respect de la Constitution et de l’Etat de droit qui ont servi de soubassement à la consolidation de la paix et de la sécurité durant ces dix dernières années de processus démocratique consensuel dans ce pays.
Par la voie de son premier ministre Seini Oumarou, le Niger e tenté de rassurer en affirmant notamment que « toutes les parties prenantes continueront d’œuvrer dans le cadre du respect de la légalité constitutionnelle et des règles de droit et qu’aucune action en violation de la Constitution du Niger ne sera prise », selon la même source.
Le projet de référendum sur la modification de la Constitution envisagé par le président Mamadou Tandja à quelques mois de la fin de son deuxième et dernier mandat a plongé le Niger, dans une profonde crise politico-institutionnelle.
Ce projet de référendum vise à adopter une nouvelle Constitution qui permettrait à l’actuel chef d’Etat du Niger de rester au pouvoir pour trois années supplémentaires.
Le projet dénoncé par une bonne partie de la classe politique, les ONG et les institutions internationales comme la Cedeao, est déclarée illégale par la justice nigérienne. Celle-ci demande à M. Tandja de renoncer à son organisation.
Le Niger, après une série de coups d’Etats et une période de forte instabilité politique, avait au milieu des années 90, pu se redresser grâce à un consensus auquel avait adhéré l’ensemble de la classe politique et qui était fondé sur une constitution adoptée en 1999 qui limitait la durée et le nombre de mandats présidentiels.

Mardi 23 Juin 2009
Ouestaf News
Lu 5438 fois
Ouestaf News








Derniers tweets
Ouestafnews : L'Afrique de l'ouest en bref à 19H 00 GMT - 21/02/2017 : Burkina Faso, Gambie, Nigeria, Côte d’Ivoire : santé,... https://t.co/9UQNKxj6Tk
Mardi 21 Février - 21:52
Ouestafnews : L'Afrique de l'ouest en bref à 13H 00 GMT - 21/02/2017 : Télécom, justice, Simone Gbagbo, développement,... https://t.co/cqjzhXHPF5
Mardi 21 Février - 18:28
Ouestafnews : Comment te dire adieu… (En hommage à Aminata Sophie Sièye): Il y a un an s'en allait Aminata Sophie Dièye. Une... https://t.co/ne7qndYaGH
Dimanche 19 Février - 02:47

Derniers tweets
Hamadou Tidiane SY : #USA #diplomatie : que se serait-il passé si #Trump était un président africain ou latino-amércain?
Mardi 21 Février - 16:36
Hamadou Tidiane SY : Beaucoup de travail, mais en fin de compte une très, très belle journée. Les curieux, passez votre chemin.
Dimanche 19 Février - 21:45

Derniers tweets
Momar Niang : RT @AfricaCheck_Fr: Doing Business: Le #Sénégal a-t-il gagné 30 places en 4 ans ? Réponse: https://t.co/pp6WHcDTQS #kebetu
Mardi 21 Février - 22:28
Momar Niang : #WorldBank #kebetu #Team221: Doing Business : non, le #Sénégal n’a pas gagné 30 places en 4 ans https://t.co/hbEDGnDjbY
Mardi 21 Février - 22:14