Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Energie en Afrique de l’Ouest: demain le nucléaire?

Ouestafnews – Deux pays ouest africains, le Ghana et le Nigeria envisagent de plus en plus l’option de recourir au nucléaire afin de combler leur déficit de production d’énergie électrique et mener à bien leurs nouvelles ambitions économiques.


Cette option est avancée par les deux pays malgré la tragédie qui a frappé en mars 2011, la centrale nucléaire de Fukushima au Japon et la mise en garde des organisations de défense de l’environnement.

Ni le Ghana, ni le Nigeria ne produisent l’uranium, principale matière première dans le secteur du nucléaire, mais ils se veulent des têtes de pont du nucléaire civil en Afrique et des études sont en cours dans les deux pays.

Le nucléaire reste une  « option viable  face à la demande sans cesse croissante d’électricité »,  a ainsi déclaré le  ministre ghanéen du pétrole et de l’énergie, Emmanuel Kofi Buah à l’issue d’une rencontre le 5 avril 2013 avec des officiels de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).
 
Si « le Ghana veut atteindre son objectif de pays à revenu intermédiaire supérieur, il va falloir nécessairement assurer de l’électricité suffisante et bon marché pour ses industries », a renchéri le directeur Afrique de l’AIEA, Dhazu Yang. Pour l’AIEA, la satisfaction de cette demande passe aussi par le nucléaire.

Au Nigeria,  les choses semblent encore plus urgentes. Selon des informations rassemblées par Ouestafnews, le géant de l’Afrique de l’Ouest avec sa population chiffrée à 160 millions d’habitants, aura besoin d’une production électrique de 20 .000 mégawatts d’ici 100 ans.

En dépit de son statut de sixième producteur mondial de pétrole brut, le pays vit une lancinante crise énergétique jugée néfaste pour son économie.

Face à ses défis de l’avenir, les autorités nigérianes ne voit leur salut que dans le nucléaire. Les rencontres et les études se multiplient, avec le soutien  ici aussi, de  l’AIEA dont le nouveau directeur Yukiya Amano avait réservé sa première visite à l’étranger au Nigeria, en décembre 2009.

« Le recours au nucléaire civil est obligatoire vu les objectifs économiques et la poussée démographique », affirme un document de l’autorité nigériane de régulation de l’énergie nucléaire (NNRA, sigle en anglais), organe crée en 2005.

D’après la commission nigériane de l’énergie atomique (Naec, sigle en anglais),  il est visé une production de 1000 mégawatts en 2020 et de 3000 mégawatts supplémentaires en 2030. Avec ses 20 millions d’habitants, le Ghana quant à lui compte grâce au nucléaire disposer de 400 mégawatts de plus d’ici à 2018.

Depuis la catastrophe de Fukushima, avec ses 15800 morts, selon un bilan officiel, les critiques contre le nucléaire se font de plus belles sur fond de promotion des énergies renouvelables. Certains experts soulignent l’impréparation des pays en développement en matière d’infrastructures, de ressources humaines et aussi financières.

« La construction d’une central peut prendre entre 10 et 16 ans, et le nucléaire reste la technologie la plus dangereuse et la plus coûteuse soit 7000 dollars par mégawatt », a déclaré à Ouestafnews,  Ferrial Adams, chargée de campagne Energie et Changement climatique à Greenpeace Afrique.

Dans une tribune publiée sur le portail terangaweb et faisant l’apologie du nucléaire civil africain, l’ingénieur ivoirien Stéphane Madou est pour sa part d’avis que « la technologie nucléaire cadrent parfaitement avec l’objectif de production d’une énergie abondante, bon marché, propre et le développement de capacités industrielles en Afrique ».

Seul producteur d’uranium, de la région ouest africaine, le Niger par la voix de son président Mahamadou Issoufou a plaidé en 2012 pour une régionalisation du nucléaire avec la construction de centrale ou seraient impliqués les pays membres de la communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) soit 15 pays et 350 millions d'habitants.

Selon la Cedeao, la production énergétique en Afrique de l’Ouest, ne couvre que 30 % des besoins alors que la demande va atteindre 22.000 mégawatts en 2020.
 

Lundi 8 Avril 2013
Ouestaf News
Lu 807 fois
Ouestaf News








Derniers tweets
Ouestafnews : L'Afrique de l'ouest en bref à 19H 00 GMT - 07/12/2016 : Burkina Faso, Sénégal, Nigeria, Côte d’Ivoire : médias,... https://t.co/BBvSpvPNDw
Mercredi 7 Décembre - 20:20
Ouestafnews : L'Afrique de l'ouest en bref à 19H 00 GMT - 06/12/2016 : Nigeria, Ghana, Niger, Côte d’Ivoire : Défense,... https://t.co/jZtQyaHucp
Mardi 6 Décembre - 20:27
Ouestafnews : L'Afrique de l'ouest en bref à 13H 00 GMT - 06/12/2016 : Mali, Ghana, Nigeria, Sénégal : Niono, attaque,... https://t.co/i2O8a30RPe
Mardi 6 Décembre - 16:32

Derniers tweets
Hamadou Tidiane SY : #médias et #journalisme en Afrique : que de défis #RAC2016
Jeudi 8 Décembre - 09:44
Hamadou Tidiane SY : #media #journalisme 75 % des médias africains utilisent les grandes agences comme source d'information sur le reste de l'Afrique #RAC2016
Jeudi 8 Décembre - 09:02

Derniers tweets
Momar Niang : #Kebetu #senegal #Ejicom offre une bourse professionnelle aux diplômés en sciences économiques et de gestion https://t.co/tBTpmKtTuG
Mardi 6 Décembre - 15:40
Momar Niang : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la Gambie, #GambiaDecides , all you need to know about Jammeh here: https://t.co/3zUK33kg1a
Vendredi 2 Décembre - 19:11