Ouestaf.com, Premier site sous-régional d'information en Afrique de l'ouest
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Fidak 2013 : où sont donc passés les clients ?

Ouestafnews – De temps à autre, Samuel Yao Asamoah, jette un regard désabusé sur ses invendus : des tableaux avec des figurines en relief. A l’instar des centaines d’exposants venu à la Foire internationale de Dakar (Fidak), ce jeune artiste ghanéen se plaint de l’absence de clients.


« En quinze jours les clients n’ont acheté que trois sur un total de 20 tableaux » se lamente-t-il.

Pour beaucoup, la foire internationale de Dakar (Fidak) s’est révélée cette année moins lucrative que les éditions précédentes. Officiellement prévue du 28 novembre au 11 décembre 2013, la Fidak a été prolongée jusqu’au 15 décembre, à la « demande » de certains exposants, selon le Centre international du commerce extérieur du Sénégal (Cices) organisateur de l’évènement.

« Le public est là mais n’achète pas comme d’habitude, j’en suis à ma 15è foire mais je peux dire celle est la moins rentable », soutient Yahya Abou, un tradi-thérapeute nigérien. Dans sa table pullulent dragées, poudres ensachées, sirop… issues de la pharmacopée traditionnelle de son pays.

Cette 22è édition de la Fidak, coïncide avec une conjoncture économique difficile qui prévaut actuellement au Sénégal, ce qui selon certains explique la rareté de la clientèle.

Très courue, la Foire de Dakar allie des rencontres d’affaires de haut niveau entre chefs d’entreprises à la recherche d’opportunités ou de partenaires pour étendre leurs activités d’une part, et d’autre part la vente directe organisée par une multitude de commerçants, d’artisans et de vendeurs au détail, qui viennent pour écouler leur marchandise.

« Les visiteurs parlent de crise mais je pense que c’est partout, là nous venons juste de participer à la foire de la Cedeao à Accra et ça n’a pas marché du tout, ici à Dakar c’est nettement mieux », tempère le Béninois Henri Segbedji. Un tradi-thérapeute, lui aussi, il reconnaît tout de même qu’il y a des difficultés à écouler sa marchandise comparé aux années précédentes.

Les créateurs et artisans subissent le même sort. Le burkinabé Madou Traoré, a l’habitude de faire de bonnes affaires depuis 13 ans à Dakar. Cette année, une bonne partie de sa production n’a pas encore trouvé preneur, en dépit de la rallonge faite par les organisateurs.

Selon lui le problème est en partie dû à la périodicité de la foire qui est passée en 2011 d’une « biennale » à une foire annuelle.

« Une foire tous les deux ans est nettement mieux, pour nous parce qu’on a le temps de bien concevoir nos œuvres, maintenant puisqu’il faut être là, cela peut pousser certains à bâcler leur travail», souligne-t-il.

Fulera Seidu, designer ghanéenne, elle se dit satisfaite de sa venue à la Fidak pour la première fois.

« L’aspect financier est accessoire, ce qui compte pour moi c’est le réseautage, faire la connaissance de potentiels partenaires et sur ce point je suis très contente » confie -t-elle, tout en présentant une gamme de bijoux traditionnels africains et des vêtements en patchwork, fruits de sa créativité.

Dans le pavillon de la Guinée Bissau, beaucoup soulignent la désertion de la clientèle à l’exception de Karfa Nghabo qui, à deux jours de la fin, est parvenu à écouler la grande partie de ses marchandises.

La Guinée Bissau est une délégation bien particulière dans la mesure où tous les 65 exposants qui la composent proposent la même chose à savoir les produits halieutiques et forestiers.

A l’exception de quelques exposants burkinabés comme Madou Traoré, mécontent de la qualité du pavillon réservé à leur pays, la plupart des artistes approchés ont notamment souligné la bonne organisation de la Fidak contrairement à beaucoup d’autres foires dans la sous-région.

Cette année la Fidak, a connu une « participation record » avec la présence de 38 pays d’Afrique, d’Europe et d’Asie, et totalise 1500 exposants, selon les organisateurs qui précisent avoir eu record à des chapiteaux pour faire face à la forte demande.

Le thème était axé sur les énergies renouvelables, avec comme invité d’honneur le Cap-Vert.

Dès que ses rideaux vont baisser, elle laissera la place dans l’agenda sous régionale à la troisième édition de la Foire de l’intégration de l’Union économique et monétaire ouest africain (Uemoa) qui cette année se déroule du 13 au 22 décembre 2013 à Niamey au Niger.

Vendredi 13 Décembre 2013
Ouestaf News
Lu 528 fois
Ouestaf News








Derniers tweets
Ouestafnews : Prix africains de Fact-checking : Bénin, Côte d’Ivoire et Sénégal à l’honneur: Ouestafnews - La journaliste béninoi… https://t.co/vFxdcp5V56
Dimanche 19 Novembre - 11:24
Ouestafnews : Massacre du 28 septembre en Guinée : ces obstacles sur le chemin du procès: Ouestafnews – Les autorités guinéennes… https://t.co/1JT5Wvheq2
Vendredi 17 Novembre - 12:20
Ouestafnews : Burkina Faso: Conseil des ministres du 15 novembre 2017 ( le communiqué): Le Conseil des ministres s’est tenu à Oua… https://t.co/4HB6di933b
Jeudi 16 Novembre - 23:43

Derniers tweets
Hamadou Tidiane SY : RT @AfDB_Group: For a look at the structural transformations needed in #Africa's industrialization process with a focus on smart industrial…
Lundi 20 Novembre - 19:59
Hamadou Tidiane SY : C'est mechant ça... https://t.co/x3zCC72JYN
Lundi 20 Novembre - 09:19

Derniers tweets
Momar Niang : Selon https://t.co/IC104J5bJ7 Mes followers vivent en: Sénégal(30%),France(12%),Royaume-Uni(7%) https://t.co/p0aOR4IANj
Jeudi 16 Novembre - 19:44
Momar Niang : "Dont limit your curiosity to abstract and policy briefs always read full reports, always check and recheck" Kat Eban #GIJC17
Jeudi 16 Novembre - 14:20