Ouestaf.com, Premier site sous-régional d'information en Afrique de l'ouest
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Finances : montée en puissance du mobile money en Côte d'Ivoire

Ouestafnews – Le « mobile banking », rendu possible par l’explosion de la téléphonie mobile en Afrique, connaît une montée en puissance en Afrique de l’ouest, et notamment en Côte d’Ivoire où ce secteur émergent est en voie de « détrôner » les banques classiques.


Ainsi, « en 2014, les détenteurs de compte d’argent mobile (24 %) ont dépassé ceux de comptes bancaires (15 %). En fait, le ratio d’adultes avec un compte mobile en Côte d’Ivoire est le cinquième au monde derrière le Kenya (58 %), la Somalie (37 %), l’Ouganda (35 %) et la Tanzanie (32 %) », précise un rapport de la banque mondiale publiée le 15 juillet 2016.

En Côte d’Ivoire, première économie de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa, 8 pays), le mobile money, a fini de faire son trou en seulement cinq ans d’existence et s’impose comme l’un des moyens de transactions financières les plus usités.
Relayant les chiffres de l’Autorité de régulation des télécommunications de Côte d’Ivoire (ARTCI), la Banque mondiale note dans son document que sur les 24 millions d’abonnés au réseau de téléphonie mobile enregistrés en juin 2015, 7,2 millions ont des comptes « mobile money ». Rien qu’au cours du premier semestre 2015, 17 milliards FCFA de recettes ont été réalisés sur les retraits et paiements.

Un gros hic!

En dépit de sa fulgurante percée, le mobile money, se caractérise néanmoins par l’absence de la possibilité d’octroi de crédit aux usagers, comme le font les établissements financiers classiques, déplorent les auteurs du rapport. Selon ces derniers il importe, d’adopter deux orientations pour inverser la tendance et renforcer l’intermédiation financière en Côte d’Ivoire.

« La première serait d’encourager les banques, y compris les établissements de micro-crédits, à se rapprocher de leur clientèle à travers des innovations et des partenariats pour réduire leurs coûts de transaction. La deuxième orientation serait de favoriser l’essor des institutions financières autres que les banques commerciales », estime la Banque mondiale.

Dans ses recommandations, la Banque mondiale propose un rapprochement entre les opérateurs de téléphonie mobile et les banques pour la mise en place d’un système d’octroi de crédit comme le montre l’exemple du Kenya, où l’opérateur Safaricom a introduit en 2013 un service de crédits en partenariat avec une banque (M-Shwari).

Banques décriées à l'échelle sous régionale

Pour la Côte d’Ivoire, pays qui pour principale ambition d’atteindre « l’émergence économique » dans quatre ans, le rapport juge indispensable un « renforcement du système financier » si le pays veut atteindre ses objectifs.

« Avec une amélioration de son indice de développement financier à hauteur de celui observé au Cap-Vert ou en Namibie, sa croissance économique pourrait s’accroître de 2,4 %. S’il atteignait celui de l’Afrique du Sud, sa croissance pourrait augmenter de plus de 5 % », précise le document.

Selon le dernier rapport sur les « Conditions de banques » de la Bceao, consulté par Ouestafnews, 22 millions de personnes soit plus de 20% de la population de l’Uemoa ont souscrit à des services financiers via la téléphonie mobile.

« Depuis janvier 2013, la valeur des opérations a enregistré un bond de 740% (…) cette évolution fulgurante se reflète dans la valeur cumulée des transactions qui, à fin septembre 2015, se chiffraient à près de 5.000 milliards francs CFA contre 2.455 milliards en 2014 », souligne le document de la Bceao.

L’Afrique de l’ouest, notamment la zone Uemoa (ou existe 117 banques selon la Bceao) est une région aussi connue pour le très peu de dynamisme de son secteur bancaire, qui dispose d’une contribution très faible dans le financement de l’économie, selon de récurrentes critiques faites par les analystes et les opérateurs économiques.

La méfiance et la défiance des épargnants vis-à-vis des banques a conduit la Bceao à l’adoption, en octobre 2014, de « 19 mesures » de gratuité afin de la renforcer la faible bancarisation.

Malheureusement cette initiative a manqué de suivi. De l’avis de Famara Cissé, président de l'Association des clients et sociétaires des institutions financières (Acsif), une organisation de consommateurs, basée à Dakar, aucune banque ne respecte ces mesures.

Mardi 19 Juillet 2016
Ouestaf News
Lu 1670 fois
Ouestaf News


Derniers tweets
Ouestafnews : Persistance de la misère : « l’hyper-capitalisme » au banc des accusés: Ouestafnews – Si la misère persiste... https://t.co/AFPtu4I384
Jeudi 19 Octobre - 16:09
Ouestafnews : Les brèves en Afrique de l'Ouest à 13H00 GMT- le 19/10/2017- Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Niger, Mali :... https://t.co/0v1CNlUdpK
Jeudi 19 Octobre - 15:40
Ouestafnews : Les brèves en Afrique de l'Ouest à 19H00 GMT- le 18/10/2017- Burkina Faso, Togo, Sénégal : manifestation,... https://t.co/pUTZNZ0uqq
Mercredi 18 Octobre - 22:54

Derniers tweets
Hamadou Tidiane SY : #formation #communication #multimédia #audiovisuel #journalisme. Venez nous rejoindre ou faites passer l'info. Merc… https://t.co/AltaMwA9xW
Jeudi 19 Octobre - 17:56
Hamadou Tidiane SY : Dans vie, il y a les ingrats Et il y a les les autres... Parlez moi des autres, Parlez moi de tous les les autres, J'écouterai.
Jeudi 19 Octobre - 13:23

Derniers tweets
Momar Niang : RT @abdouazizcisse9: La musique lui a permis de tenir... https://t.co/SGNIIjsgwT #ouestaf #kebetu @FESPACO1 @mniang48 @DrameDiomma @tidiane…
Mardi 17 Octobre - 22:38
Momar Niang : #uranium #Niger : « A cause d’ #Areva, nous vivons une pollution durable » (militant) https://t.co/V5JItHstkH
Mardi 17 Octobre - 16:40