Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

La victoire d’Obama, la « fierté » des USA et les larmes de Jesse Jackson…

Ouestafnews - Phénoménale, exceptionnelle, sans précédent… la planète entière semblait à court d’adjectifs pour saluer la victoire « historique » de Barack Obama, premier président noir des Etats Unis, élu le 4 novembre 2008 à la tête de l’Etat le plus puissant du monde.


Pendant près d’un an, Barack Hussein Obama, 47 ans, de père kényan et de mère américaine (blanche), a tenu son pays, les USA, l’Afrique et le monde entier en haleine, suscitant une véritable « Obamamania ».
Le nouveau président américain, qui ne prendra effectivement fonction que le 20 janvier 2009, a qualifié sa victoire, de « moment fondateur » et de « réponse » à ceux qui doutaient encore de l’Amérique, comme une terre « d‘opportunités » et de « liberté », selon le texte obtenu par Ouestafnews.
« Si jamais quelqu'un doute encore que l'Amérique est un endroit où tout est possible, qui se demande si le rêve de nos pères fondateurs est encore vivant, qui doute encore du pouvoir de notre démocratie, la réponse lui est donnée ce soir », a affirmé Barack Obama dans son discours prononcé à Chicago devant une foule estimée à environ 200.000 personnes.
L’Amérique doit « être fière pour la page d’histoire qu’elle a écrite hier », a déclaré de son côté le président en exercice George Bush au lendemain de cette victoire, selon des propos retransmis par la chaine de télévision américaine CNN.
Bush, qui a été vigoureusement critiqué par son futur successeur tout au long de la campagne pour ses « huit ans de politiques désastreuses », a chaleureusement félicité Obama, promettant d’apporter tout son soutien au nouveau chef de l’exécutif américain durant la « période transitoire ».
Le pasteur noir américain Jesse Jackson, lui même ancien prétendant à la maison blanche, a été aperçu dans la foule de supporters, les yeux embués de larmes, saluant la victoire d’Obama.
Sur les chaines de télévisions américaines, ils étaient nombreux les Africains-Américains qui, à l’image du révérend Jackson, ont salué ce moment pour lequel ils se sont tous battus pendant des décennies, afin de parvenir à la chute de la barrière « raciale » dans un pays qui a connu l’esclavage, puis la ségrégation raciale et où l’extension du droit de vote aux Noirs n’a été adopté de manière définitive par tous les Etats de la Fédération qu’en 1965.
Avant cette date, bien des militants actifs dans la lutte pour l’émancipation des Noirs et l’égalité des races aux Etats Unis, à l’instar de Martin Luther King ou encore de Malcom X, sont tombés sous les balles de militants extrémistes blancs, adeptes de la théorie de la « supériorité » de la race blanche.
« L’Amérique a fait ce qu’il fallait faire » a affirmé l’icône de la télévision américaine Oprah Winfrey, filmée dans l’immense foule présente à Chicago pour célébrer la victoire d’Obama.
Oprah qui a été l’une des toutes premières personnalités influentes à soutenir le sénateur de l’Illinois a salué « l’espoir » du jour nouveau qui se lève sur l’Amérique.
« En tant qu’Africaine-Américaine, je suis très fière », a renchéri la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice, rappelant le « long chemin parcouru » par son pays vers la cicatrisation de ses vielles « blessures ».
L’influent journal américain, le New York Times, a qualifié l’élection d’Obama, de « moment particulièrement symbolique » dans l’histoire raciale tourmentée des Etats-Unis », en estimant qu’il y a tout juste « deux ans », une telle éventualité était encore « impensable ».
En réalité, en dépit des sondages qui ont toujours donné Obama « victorieux » pendant ces deux dernier mois, le monde en était encore à douter si l’Amérique et les Américains de race blanche étaient prêts à franchir le pas pour élire un président noir et entrer dans l’ère « post-raciale ».
En Mars 2008, lors de la campagne pour les primaires du Parti Démocrate, qu’il a remportées face à l’ex-première dame Hillary Clinton, il avait prononcé un discours jugé « historique et remarquable » sur la race et la religion aux Etats Unis.
Dans ce discours, Barack Obama, avait expliqué comment sa propre grand-mère maternelle (une femme de race blanche décédée la veille du scrutin et qui l’a élevé) disait sa « peur » des Noirs, en dépit de tout l’amour qu’elle avait pour son petit fils métis… qui allait un jour devenir président des Etats-Unis.

Mercredi 5 Novembre 2008
Ouestaf News
Lu 2537 fois
Ouestaf News








Derniers tweets
Ouestafnews : L'Afrique de l'ouest en bref à 19H 00 GMT - 07/12/2016 : Burkina Faso, Sénégal, Nigeria, Côte d’Ivoire : médias,... https://t.co/BBvSpvPNDw
Mercredi 7 Décembre - 20:20
Ouestafnews : L'Afrique de l'ouest en bref à 19H 00 GMT - 06/12/2016 : Nigeria, Ghana, Niger, Côte d’Ivoire : Défense,... https://t.co/jZtQyaHucp
Mardi 6 Décembre - 20:27
Ouestafnews : L'Afrique de l'ouest en bref à 13H 00 GMT - 06/12/2016 : Mali, Ghana, Nigeria, Sénégal : Niono, attaque,... https://t.co/i2O8a30RPe
Mardi 6 Décembre - 16:32

Derniers tweets
Hamadou Tidiane SY : #médias et #journalisme en Afrique : que de défis #RAC2016
Jeudi 8 Décembre - 09:44
Hamadou Tidiane SY : #media #journalisme 75 % des médias africains utilisent les grandes agences comme source d'information sur le reste de l'Afrique #RAC2016
Jeudi 8 Décembre - 09:02

Derniers tweets
Momar Niang : #Kebetu #senegal #Ejicom offre une bourse professionnelle aux diplômés en sciences économiques et de gestion https://t.co/tBTpmKtTuG
Mardi 6 Décembre - 15:40
Momar Niang : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la Gambie, #GambiaDecides , all you need to know about Jammeh here: https://t.co/3zUK33kg1a
Vendredi 2 Décembre - 19:11