Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Les raisons d’un combat (Editorial du Comité pour la défense et la Protection des journalistes)

Ouestanfews vous propose ci-dessous l'éditorial du Comité pour la Défense et la Protection des Journalistes (du Sénégal) engagé dans une bataille pour la défense de la liberté de la presse suite à l'agression le 21 juin 2008 par des policiers de deux reporters sportifs sénégalais Boubacar Kambel Dieng et Karamokho Thioune.
Fidèle à sa vocation sous régionale, Ouestafnews en profite pour signaler qu'ailleurs dans la sous région, des journalistes vivent ces agresssions et ces atteintes à la liberté de la presse au quotidien. Illustration : au moment même où nous recevions cet éditorial pour publication, on nous signalait depuis le Niger le placement en garde à vue à Niamey d'un confrère de ce pays, Moussa Aksar, directeur de l'hebdomadaire "L'évènement" pour propagation de "fausses nouvelles". Comme quoi de Dakar à Niamey, le combat reste le même.


L'Edito du Comité

Plus d’un mois après l’agression policière contre nos confrères Boubacar Kambel Dieng et Karamokho Thioune, la raison du combat de la presse sénégalaise n’a pas varié d’un iota. Elle ne souffre d’aucune confusion. Elle est claire, nette et précise. Houspillés, maltraités, bastonnés, humiliés, nous réclamons justice dans un pays qui a choisi la République et la démocratie. Face à cette exigence citoyenne, des accusations : « Le journaliste a frappé le policier ». « Ils (entendez les policiers) sont intervenus parce que le journaliste voulait agresser les joueurs… » Autorités et courtisans en sont-ils résolus à user d’escobarderie, ce discours fait de mensonges et de duplicité destiné à tromper le peuple? Qui croire, dans le camp de ces contempteurs qui ont du mal à harmoniser leurs déclarations ? Quand des autorités, en responsabilité d’Etat, offrent une telle image, on mesure à quel point la tentative de décrédibilisation des journalistes est vaine.
Dans ce contexte de délitement, d’inversion des valeurs, cette posture de l’Autorité confirme l’affadissement de la puissance publique. Le temps de l’alternance devait être vécu comme celui du renforcement des libertés, du renforcement de la citoyenneté. Huit ans après, le changement de régime a installé dans notre pays et de manière insidieuse, le règne de l’impunité érigée en système de gouvernance. L’éthique en prend un coup pendant que la société y perd ses repères.
Le comportement de certains membres des forces de l'ordre, illustre ce recul. La répression va crescendo. Après les matraques électriques au stade Léopold Sédar Senghor, l’agression de Chicago, les populations sont la cible de balles réelles à Marsassoum. Et demain … Ceux qui rêvaient de liberté doivent ils composer aujourd’hui avec l'exclusion et la violence ? La violence comporte en tous les cas une charge d'autodestruction dans laquelle s'abolissent les nations surtout celles qui comme les nôtres sont en construction. Si rien n’est entrepris pour conforter l’Etat de droit autrement que par les proclamations, le pays risque de basculer dans l’aventure. C’est tout le sens des revendications citoyennes. Les fanfaronnades des centurions d’un régime qui parle en démocrate mais qui agit en dictateur n’y font rien.
Pas plus que les agissements du Chargé de la propagande du parti au pouvoir, sans doute en service commandé, soutenu par des alliés en mal de crédibilité, ne marquent qu’une ignorance des règles élémentaires en République. Donneurs de leçons en matière de journalisme et de communication, et comme tous ceux qui, à force de parler des autres, finissent par s’oublier, l’élément hors du commun et consorts se sont perdus en route. Pour leur énième sortie contre la presse, ceux qui ont toujours du mal à porter les habits de plénipotentiaires de la République inspirent plutôt la commisération. Il faut se défaire de ces parvenus. C’est là, une œuvre de salubrité publique !
Les hommes et les femmes de la presse sénégalaise ne sauraient cependant se laisser distraire ne serait-ce qu’un seul instant, par les thuriféraires qui en majorité avaient, comme savent le faire les rats, quitté le navire, au lendemain du 19 mars 2000. Ils ne peuvent même plus amuser les galeries… Lafayette. Le Comité pour la défense et la protection des journalistes, expression de toutes les sensibilités internes à la corporation et mis sur pied sur initiative du SYNPICS, continue, à réclamer justice pour qu’en République, des hommes, fussent-ils en tenue, ne puissent impunément violenter des citoyens, tabasser des journalistes dans l’exercice de leur métier. Quelles que soient leurs vaines tentatives d’intoxication de l’opinion, ce que le Comité ne peut accepter, est que les actes de barbaries perpétrées par les éléments des forces de l’ordre bien identifiés soit légitimés par le pouvoir exécutif au plus haut sommet dans un Etat de droit. Réclamer justice n’est pas faire pression sur la justice. A ce niveau, il n’y a rien à négocier, il y a seulement à appliquer la loi.
Fait à Dakar, le 30 juillet 2008
Le Comité pour la Défense et la protection des journalistes




i[

Jeudi 31 Juillet 2008
Ouestaf News
Lu 3937 fois
Ouestaf News







Derniers tweets
Ouestafnews : L'Afrique de l'ouest en bref à 19H 00 GMT - 02/12/2016 : Nigeria, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Guinée :... https://t.co/eWWfjJmJvZ
Vendredi 2 Décembre - 20:25
Ouestafnews : Gambie : fin de règne pour Jammeh ?: Ouestafnews - Le régime de Yahya Jammeh semble, à la grande surprise,... https://t.co/6jFwJBQFDw
Vendredi 2 Décembre - 18:51
Ouestafnews : Conseil des ministres du Niger du 01 décembre 2016 (le communiqué): Conseil des Ministres s’est réuni ce jour,... https://t.co/NiMvI0YILL
Vendredi 2 Décembre - 18:07

Derniers tweets
Hamadou Tidiane SY : Ah 2016 et ses grandes surprises! Lui aussi s'en va! https://t.co/nCg4w46KHC
Dimanche 4 Décembre - 13:12
Hamadou Tidiane SY : #Afrique #Gouvernance La #Gambie à la croisée des chemins! espérons que nos frères et soeurs gambiens puissent... https://t.co/A4xdDJR1Ey
Dimanche 4 Décembre - 12:45

Derniers tweets
Momar Niang : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la Gambie, #GambiaDecides , all you need to know about Jammeh here: https://t.co/3zUK33kg1a
Vendredi 2 Décembre - 19:11
Momar Niang : @WillFitzgibbon @ouestafnews gonna see that.
Vendredi 2 Décembre - 19:08