Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Scandale au FMI : Alex Segura a bien voyagé avec son « cadeau en Europe », mais pas de saisie

Ouestafnews – Le Fonds monétaire international (FMI), dont un des agents est au centre d’un scandale financier, a officiellement confirmé ce samedi 10 octobre, que l’agent en question, Alex Segura, a bien" transporté" avec lui » en Europe un cadeau consistant en une somme "substantielle".


Le FMI dément toutefois que les sommes en question aient fait l’objet d’une saisie "à Paris ou ailleurs", selon Ismaila Dieng, porte-parole du Fonds qui répondait par courrier électronique à des questions envoyées par Ouestafnews.
"Il n y a pas eu de saisie de fonds ni à Paris, ni ailleurs", selon ce porte-parole qui n’a pas voulu préciser les montants concernés.
Auparavant, le FMI avait dans un texte "officiel" très laconique transmis à Ouestafnews confirmé l’existence de l’affaire, en essayant de minimiser les informations publiées par la presse sénégalaise qui a révélé le scandale.
"Un membre du personnel du FMI a reçu un paquet à la fin de son affectation au Sénégal. Le paquet contenait un cadeau d’une valeur financière substantielle, ce que le code de conduite du Fonds interdit expressément" , affirme le FMI dans ce message électronique envoyé à la direction d’Ouestafnews.
Le FMI, dont le texte reste assez flou, a démenti dans le même temps l’interpellation de son agent.
Depuis 48 heures, les médias sénégalais font leurs choux gras de la "saisie" supposée de fortes sommes d’argent par les services douaniers français à Paris sur Alex Segura qui venait juste de terminer sa mission de représentant-résident du FMI à Dakar.
A Dakar, M. Segura s’était illustré par ses sorties médiatiques contre la mauvaise gouvernance et la mauvaise gestion des fonds publics par l’Etat du Sénégal.
Certains journaux sénégalais ont estimé à 500 millions de FCFA la valeur des montants remis à M. Segura. Il était impossible de confirmer ce chiffre, le FMI n’ayant pas voulu préciser le montant concerné, se contentant officiellement de parler de "somme substantielle" .
"Nous n'avons pas de commentaires à faire sur ce point particulier", a indiqué le porte-parole en réponse à la question d’Ouestafnews sur ce sujet.
L’argent, selon le FMI, a été "rendu aux autorités sénégalaises".
Mais à Dakar, dès l’éclatement de l’affaire, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement a dégagé devant les médias toute responsabilité de l’Etat sénégalais.
"Le gouvernement du Sénégal tient à préciser qu’il n’est impliqué ni de près ni de loin dans cette affaire", a notamment affirmé le ministre Moustapha Guirassy cité par l’Agence de presse sénégalaise (APS, officielle).
Ce n’est pas la première fois que les institutions financières internationales, championnes autoproclamées de la "bonne gouvernance" en Afrique, sont éclaboussées par des pratiques pas orthodoxes.
Il y a exactement un an, l’actuel président du FMI, le français Dominique Strauss-Kahn faisait l’objet d’une enquête à la suite d’un scandale causé par une relation extra-maritale qu’il a entretenue avec une employée de l’institution dont les conditions de départ du FMI avaient fait douter certains.
Pratiquement à la même période, une autre affaire éclaboussait le même Dominique Strauss-Kahn, à propos d’une stagiaire, Emilie Byhet, qu’il aurait aidé à obtenir son poste de stagiaire, selon un article du Wall Street Journal daté du 21 octobre 2008.
Avant Dominique Strauss-Kahn, Paul Wolfowitz, le patron de la Banque mondiale (BM), l’autre grande institution financière internationale, avait dû quitter la tête de la BM après avoir été accusé de "favoritisme" au bénéfice d’une employée avec qui il entretenait une relation.
Très présents en Afrique où leurs représentants et experts sont devenus les décideurs de l’ombre en matière d’économie et de finances, à la place des ministres en charge de ces départements, le FMI et la Banque mondiale, sont très critiqués pour leur rôle négatif et leurs actions dans ces pays par les syndicats et la société civile.
Mais depuis quelques années, ces deux institutions ont appris à contourner ces critiques par d’intenses activités de relations publiques et de communication, en se faisant passer pour les "partenaires" des médias, de la société civile et des leaders d’opinion en Afrique.
Ce "partenariat" se fait à travers de petites "subventions" ou des "programmes d’appui" qui ont fini par réduire au silence une bonne partie de l’intelligentsia africaine quant aux pratiques peu orthodoxes de ces institutions, laissant le champ de la critique à une petite minorité, surtout active dans les mouvements altermondialistes.

Samedi 10 Octobre 2009
Ouestaf News
Lu 2824 fois
Ouestaf News








Derniers tweets
Ouestafnews : L'Afrique de l'ouest en bref à 19H 00 GMT - 02/12/2016 : Nigeria, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Guinée :... https://t.co/eWWfjJmJvZ
Vendredi 2 Décembre - 20:25
Ouestafnews : Gambie : fin de règne pour Jammeh ?: Ouestafnews - Le régime de Yahya Jammeh semble, à la grande surprise,... https://t.co/6jFwJBQFDw
Vendredi 2 Décembre - 18:51
Ouestafnews : Conseil des ministres du Niger du 01 décembre 2016 (le communiqué): Conseil des Ministres s’est réuni ce jour,... https://t.co/NiMvI0YILL
Vendredi 2 Décembre - 18:07

Derniers tweets
Hamadou Tidiane SY : Des bonnes manières sur FB Soyons clairs là les "amis". Si pour une raison ou une autre vous me supprimez de... https://t.co/42C935ggEH
Samedi 3 Décembre - 11:02
Hamadou Tidiane SY : Gambie : va-t-on vraiment ouvrir une nouvelle ère ? https://t.co/2Yaop6O7mB
Vendredi 2 Décembre - 18:49

Derniers tweets
Momar Niang : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la Gambie, #GambiaDecides , all you need to know about Jammeh here: https://t.co/3zUK33kg1a
Vendredi 2 Décembre - 19:11
Momar Niang : @WillFitzgibbon @ouestafnews gonna see that.
Vendredi 2 Décembre - 19:08