Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Sénégal : la société civile en ordre de bataille à la veille d’une présidentielle cruciale

Ouestafnews - A près de sept mois d’une présidentielle à haut risque prévue au Sénégal en février 2012, la société civile du pays est descendue en force dans une arène politique prématurément mise en ébullition par le débat sur la validité ou non de la candidature annoncée du président sortant Abdoulaye Wade (85 ans) au pouvoir depuis 2000.


Aux avant-postes de la féroce bataille contre cette éventuelle candidature, se trouve les organisations de la société civile qui, en même temps, ont vu naître de leurs flancs une kyrielle de candidatures « indépendantes », qui constituent d’ailleurs à ce stade, la majorité des candidatures déclarées.

Sortie victorieuse d’une forte mobilisation qui a culminé le 23 juin 2011 contre un projet de loi visant à instituer un « ticket président-vice président » et qui prévoyait aussi de supprimer le « quart bloquant » et permettre ainsi à un candidat de remporter la présidentielle avec tout juste 25 % des suffrages, les organisations de la société civile ont aussitôt mis en place le Mouvement du 23 juin (M23) avec l’objectif affiché de battre campagne contre la candidature d’Abdoulaye Wade qu’elles jugent « illégale ».

Ce mouvement, que le journaliste et sociologue Pathé Mbodj décrit dans un échange électronique avec Ouestafnews, comme « un conglomérat de divers mouvements et associations qui ont senti la nécessité de se regrouper (dans) l’action », est devenu en quelques semaines une véritable force d’opposition au régime. Ce d’autant plus qu’aux multiples organisations de la société civile sont venus se greffer tous les partis de l’opposition dite significative. S’y est ajoutée une forte adhésion populaire de tous les déçus du régime en place et de nombre de citoyens, parfois sans aucun bord politique, mais se disant « mus par la préservation des acquis démocratiques ».

Déjà plusieurs actions ont été lancées par le M23 pour gagner la bataille de l’opinion, comme ce forum tenu le mardi 23 août 2011 où plusieurs des spécialistes du droit constitutionnel sont venus apporter des éclairages et confirmer l’irrecevabilité d’un troisième mandat du président Wade, avec au premier rang des participants le juriste Babacar Guèye, un des rédacteurs de l’actuelle constitution.

Confortée dans sa thèse par ces « arguments de droit », le M23 a décidé d’internationaliser son combat par la publication d’un document de référence, selon Alioune Tine, président de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (Raddho) et porte-parole du M23, cité par le quotidien Sénégalais « Le Populaire » (privé).

Elu une première fois de manière démocratique en 2000 (face à Abdou Diouf qui avait alors immédiatement reconnu sa défaite et cédé le pouvoir) Abdoulaye Wade a été réélu en 2007 dans des conditions beaucoup moins transparentes, l’essentiel de l’opposition ayant jusqu’à ce jour refusé de reconnaître cette « victoire », arguant de fraudes dans le scrutin.

Depuis, le Sénégal a perdu de son lustre au rayon des démocraties modèles dans une sous région ouest africaine, certes encore marquée par des zones troubles, mais où des pays comme le Ghana, le Cap Vert, le Bénin et le Mali sont en train de lui ravir la vedette.

La pente dangereuse que semble emprunter leur pays et le sentiment d’un avenir bouché par des politiciens qui n’ont plus la cote chez les jeunes explique aussi en partie la mise sur pied et la forte mobilisation du collectif « Y’en a marre », mis fondé par des jeunes, dont une majorité de rappeurs, tout aussi opposé à la candidature de Wade, mais qui veulent aller plus loin.

Leur crédo : assainir les mœurs politiques et faire émerger un « nouveau type de sénégalais », avec une conscience citoyenne plus grande, et pas seulement sur le terrain politique mais sur tous les aspects de la vie, selon Fadel Barro un des porte-paroles de « Y’en a marre », mouvement qui fait aussi partie des initiateurs de la large coalition que constitue le M23.

Dans l’échange qu’il a eu avec Ouestafnews, le journaliste Pathé Mbodj est d’avis que « le M23 dans sa forme actuelle est un creuset partisan ». Un point de vue qui n’est pas loin de celui du gouvernement qui accuse la société civile d’avoir simplement pris fait et cause pour l’opposition. Des accusations naturellement rejetées par les acteurs de la société civile qui estiment être dans leur bon droit dans le combat pour la sauvegarde et le respect de la constitution et de l’Etat de droit.

Le rôle d’une organisation de la société civile, « c’est de prendre position autour de ce qu’elle estime être la vérité et ce qui lui paraît conforme à l’intérêt général », écrit le socio-économiste Cheikh Tidiane Dièye dans une contribution publiée dans la presse locale. Pour M. Dièye, il est aussi dans le rôle de cette société civile de s’opposer « à l’arbitraire du pouvoir »…

En attendant de trancher ce débat, et surtout en attendant la décision du Conseil constitutionnel sur la recevabilité de la candidature de Wade et alors que l’opposition significative peine à trouver un candidat de consensus, la société civile, a elle pris les devants avec une floraison de candidats déjà déclarés. Parmi les plus en vue de cette longue liste de candidats figurent le professeur Ibrahima Fall, un ancien ministre et ancien haut fonctionnaire des Nations-Unies, Moussa Touré ancien patron de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) ou encore l’universitaire Amsatou Sow Sidibé, la seule femme à s’être lancée dans la course pour le moment.

Dimanche 28 Août 2011
Ouestaf News
Lu 1308 fois
Ouestaf News








Derniers tweets
Ouestafnews : Médias : le premier prix de fact-checking pour l’Afrique francophone, revient à la Côte d’Ivoire: Ouestafnews -... https://t.co/AHf1KPIEG9
Vendredi 9 Décembre - 16:36
Ouestafnews : Sécurité : armées et drones pour reconquérir le Sahel: Ouestafnews – L’option militaire prise par les pays du... https://t.co/bUiqiYxUe5
Vendredi 9 Décembre - 16:11
Ouestafnews : L'Afrique de l'ouest en bref à 13H 00 GMT - 09/12/2016 : Sénégal, Mali, Bénin, Burkina Faso : développement,... https://t.co/9vGKcAlm7a
Vendredi 9 Décembre - 14:50

Derniers tweets
Hamadou Tidiane SY : #médias et #journalisme en Afrique : que de défis #RAC2016
Jeudi 8 Décembre - 09:44
Hamadou Tidiane SY : #media #journalisme 75 % des médias africains utilisent les grandes agences comme source d'information sur le reste de l'Afrique #RAC2016
Jeudi 8 Décembre - 09:02

Derniers tweets
Momar Niang : Le gouvernement du #Sénégal a-t-il créé plus de 230 000 emplois ? #Kebetu https://t.co/mPrvaFls9y
Vendredi 9 Décembre - 20:16
Momar Niang : #Sécurité : armées et #drones pour reconquérir le #Sahel https://t.co/7Z6mnnWnMM
Vendredi 9 Décembre - 17:08