Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Transport aérien : la bataille pour le contrôle du ciel africain s’intensifie

Ouestafnews – Presque privés de « gros » transporteurs aériens, les nations africaines voient leur ciel faire l’objet d’une âpre bataille qui s’est intensifiée en ces derniers mois de l’année 2011, d’abord avec une décision nigériane visant à réduire le nombre de vols de British Airways à destination du Nigeria et une réunion ministérielle à Ouagadougou lors de laquelle les Africains ont protesté vigoureusement contre les pratiques de l’Union européenne (U.E) consistant à bannir du ciel européen, parfois injustement, les compagnies aériennes africaines.


A Ouagadougou, une réunion organisée le 12 novembre 2011 a été l’occasion pour 17 ministres africains en charge du transport aérien dans leur pays, de s’insurger contre les barrières imposées par l’U.E, notamment sa « liste noire » des transporteurs aériens interdits d’accès en Europe.

La dernière version de cette liste date d’avril 2011 et comprend majoritairement des compagnies africaines, une mesure jugée « discriminatoire » par les ministres réunis à Ouagadougou dans une résolution rendue publique à l’issue de leur réunion. Selon des informations rassemblées par Ouestafnews, la « liste noire » dont il est question compte 130 compagnies africaines sur un total de 269 compagnies interdites.

« La liste noire, basée sur des critères très restrictifs et qui se révèlent fortement discriminatoire, conduira inéluctablement, si l'on n'y prend garde, à l'exclusion de la totalité de la communauté aéronautique africaine du transport aérien international », a dénoncé lors de cette rencontre le ministre burkinabé Noel Gilbert Ouédraogo dans des propos relayés par la presse internationale.

D’ailleurs, pour prouver qu’ils ne comptent pas s’arrêter aux mots, les ministres présents à la réunion ont « donné mandat » au Burkina Faso pour s’occuper de la question et amener l’Union africaine à élaborer une position commune dans un secteur important et stratégique du point de vue de la souveraineté nationale et vital sur le plan financier.

Selon une note consultée par Ouestafnews sur le site internet de l’UE, les autorités européennes admettent qu’elles sont « seulement en mesure d’inspecter les avions des compagnies aériennes exploitant des vols à destination ou au départ des aéroports de la communauté ».

Désormais les Africains réclament plus de « transparence » dans l’établissement de cette liste noire qui compte des dizaines de transporteurs du continent dont principalement des compagnies présentes dans des pays comme le Congo, l’Angola, le Bénin et la Zambie.

Faisant mieux que les ministres africains réunis à Ouagadougou (essentiellement en provenance de pays francophones), le Nigéria a lui répondu « coup pour coup » à la Grande Bretagne en décidant le 3 novembre 2011 de réduire le nombre de vols hebdomadaires de la compagnie anglaise British Airways. La décision a été interprétée par nombre d’observateurs comme une réponse à une décision britannique refusant l’atterrissage dans les aéroports anglais de la compagnie nigériane Arik Air. Cette dernière compagnie avait engagé un bras de fer avec les autorités aéroportuaires britanniques pour protester contre l’augmentation unilatérale des « droits d’atterrissage » qui lui étaient imposées.

L’occasion a été saisie par le président de Arik Air, Joseph Arumemi Ikhide, pour dénoncer les accords bilatéraux liant la Grande Bretagne au Nigérian en estimant que ces accords ne « profitent qu’aux compagnies anglaises qui ont facilement accès à l’espace aérien nigérian tandis que Arik, la seule compagnie qui reliait Abuja à Londres, se voit aujourd’hui interdit de débarquement ».

En réalité, derrière ces petites guéguerres se profilent une véritable bataille pour le contrôle du marché africain du transport aérien grandement contrôlé par les compagnies européennes. Ce contrôle du ciel africain par des opérateurs étrangers s’est davantage accentué depuis la disparition il y a plus d’une décennie de la multinationale Air Afrique.

Déjà estimé à 9,2 milliards de dollars (chiffres de 2006) selon des recherches effectuées par Ouestafnews, le secteur du transport aérien a installé une farouche concurrence entre diverses compagnies, y compris chez les deux grands dans ce domaine Boeing et Airbus. Selon le site internet de l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique « les compagnies africaines commanderont plus de 700 avions pour environ 80 milliards de dollars d’ici 2030 ».

Chez les transporteurs, la bataille se situe au niveau du contrôle des routes, et les derniers incidents notés sur les marchés d’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Dotés de flottes très faibles, les nouvelles compagnies « nationales » dans ces deux sous régions, joue quelque peu la carte du « protectionnisme », chaque pays voulant baliser le terrain pour « sa » compagnie nationale. Une situation qui fut à l’origine de discordes entre le Sénégal et la Belgique en 2010 quant le transporteur Brussels Airlines fut interdit de desservir des capitales d’Afrique de l’ouest à partir de Dakar par les autorités sénégalaises. C’était à la suite du lancement de Senegal Airlines créée en juillet 2010 (sur les cendres d’Air Sénégal International) détenue majoritairement par le privé sénégalais.

De même Asky, compagnie basée au Togo, à vocation « panafricaine » selon ses promoteurs, mais considéré par ses détracteurs comme un simple « prolongement » de son partenaire stratégique Ethiopian Airlines, n’a toujours pas accès à l’aéroport de Dakar, du fait d’un « blocage » que les responsables de la société imputent aux autorités sénégalaises.

D’autres embrouilles du même type ont également opposé le Sénégal et la Mauritanie et les liaisons aériennes entre les deux pays n’ont repris que récemment, ou encore le Sénégal et la Guinée.

Pourtant, lors d’une rencontre tenue à Accra fin octobre 2011, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) a réitéré son rappel pour une mise en œuvre de la convention de Yamoussoukro qui prévoit entre autres, la libéralisation du secteur du transport aérien, avec notamment l’élimination progressives des barrières non-physiques entre les pays membres.

Mardi 15 Novembre 2011
Ouestaf News
Lu 1351 fois
Ouestaf News








Derniers tweets
Ouestafnews : Médias : le premier prix de fact-checking pour l’Afrique francophone, revient à la Côte d’Ivoire: Ouestafnews -... https://t.co/AHf1KPIEG9
Vendredi 9 Décembre - 16:36
Ouestafnews : Sécurité : armées et drones pour reconquérir le Sahel: Ouestafnews – L’option militaire prise par les pays du... https://t.co/bUiqiYxUe5
Vendredi 9 Décembre - 16:11
Ouestafnews : L'Afrique de l'ouest en bref à 13H 00 GMT - 09/12/2016 : Sénégal, Mali, Bénin, Burkina Faso : développement,... https://t.co/9vGKcAlm7a
Vendredi 9 Décembre - 14:50

Derniers tweets
Hamadou Tidiane SY : #médias et #journalisme en Afrique : que de défis #RAC2016
Jeudi 8 Décembre - 09:44
Hamadou Tidiane SY : #media #journalisme 75 % des médias africains utilisent les grandes agences comme source d'information sur le reste de l'Afrique #RAC2016
Jeudi 8 Décembre - 09:02

Derniers tweets
Momar Niang : Le gouvernement du #Sénégal a-t-il créé plus de 230 000 emplois ? #Kebetu https://t.co/mPrvaFls9y
Vendredi 9 Décembre - 20:16
Momar Niang : #Sécurité : armées et #drones pour reconquérir le #Sahel https://t.co/7Z6mnnWnMM
Vendredi 9 Décembre - 17:08