Black is beautiful and it is so beautiful to be black...


Tout et Rien

En attendant le bélier...



En vrac

Apa : "La pollution de l’air dans la capitale économique béninoise, Cotonou, est responsable d’une fréquence plus importante des infections respiratoires aiguës (IRA), a annoncé lundi à APA, Renaude Devi, spécialiste en pneumonie au Centre National hospitalier et universitaire de Cotonou"
Je comprends mieux pourquoi je tousse depuis mon bref séjour là-bas.

Et comme on parle du Bénin, il faut y rester avec Le Béninois libéré qui titre : "Marche de soutien du maire de Parakou à Boni Yayi: Du pipo, du vent..."
Comme c’était la première fois que je voyais "Pipo", j’ai vite consulté mon Robert. C’est "l’école polytechnique en Suisse", à ne surtout pas confondre avec "pipeau". Polytechnique, ce n'est pas du vent. C'est sérieux.
Et ça continue, "de peur de s’attirer la colère de son mentor, l’autorité communale de la cité des Koburu a décidé d’organiser une marche de soutien à travers les concessions du coin. (…) Les populations qui parce que dépossédées de leurs terres dans le cadre de la réalisation de l’aéroport international sans dédommagement ont des dents pourries et longues des dizaines de kilomètres contre le Changement et son maître, le président Boni Yayi ont affiché une grande indifférence."
On va recruter des dentistes pour les Béninois de Parakou, dès que les opticiens livreront les lunettes en Côte d’Ivoire. Il aura à scier les kilomètres de longueur des dents.


Togosite : "TOGO: Les Togolais ne sont pas des moutons."
Voilà. Tout est dit. On ne mangera pas de Togolais demain pour la Tabaski. Je vais voir le bélier dessiné par Mohamed.


Au Sénégal, L’Observateur : "Une travailleuse du sexe accouche après une partie de jambes en l’air (...) elle avait réussi à dissimuler sa grossesse"
Des lunettes pas uniquement pour la Côte d'Ivoire.

Toujours au Sénégal concernant la Tabaski, Le Populaire : "Comment les filles parviennent à se faire belles", "une période propice à la collection d’amants", "les hommes partagées entre refuser et se plier aux exigences de leurs copines"
Il n'ya donc pas seulement les moutons qu'on sacrifie, mais aussi les copains...après la collecte. Et ce n'est pas du vent!

Bonne fête. San bè sanbè. Dewenati.

Rédigé par Habibatou GOLOGO le Mardi 16 Novembre 2010 à 12:56 | Commentaires (2)


Recherche

Habibatou GOLOGO
Habibatou GOLOGO

Dernières notes
Nom mortel (a) 27/01/2014
Finir assis ? 24/01/2014
Taupes et lapin 23/01/2014
Résolution 40... 03/01/2013
Fin glaciale 19/09/2012
Noël palpable 08/12/2011
Chasse-bœuf 19/09/2011
Haïti ou Ayiti… 20/05/2011
Désolée... 06/05/2011
Sel éthylique 21/03/2011





RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile