Black is beautiful and it is so beautiful to be black...


Sénélecbre, sénélecbre, ce mois où l’électricité sera fournie de façon continue…



La Guinée n’a pas fini de m’étonner alors qu’on attend les résultats définitifs de la présidentielle, aminata.com nous apprend que "Le vendredi 19 novembre courant, les habitants des environs des grands carrefours et autres rond-points de la capitale guinéenne se sont servis de la viande à qui mieux mieux. Profitant de ce vendredi Saint, des berets rouges armés jusqu'aux dents, ont immolés des bêtes dans les carrefours à volonté. Déjà la veille déjà, c'est la ville de Dubréka qui avait vecu le même évènement et qui a été élargi dans plusieurs autres villes de l'intérieur du pays. L'on ne connait pas encore qui a fait ce sacrifice et dans quel motif? Mais ce qui demeure et reste clair, des militaires venaient avec des camions bourrés de taureaux et s'immobilisaient à chaque grand carrefour et rond-point pour égorger un animal et le laisser giser dans une marre de sang avant de prendre la route. Et les riverains accourent pour le découper dans une grande joie. A chacun sa force et sa rapidité pour se procurer la part du lion. Selon certaines langues fourchues, plus d'une vaingtaine de bêtes ont été ainsi sacrifiées."
Deep Throat a la langue fourchue, c’est bien connu sinon comment lui soutirer des informations? Se tailler une part de lion sur un taureau dans une marre de sang c'est faire preuve de largesse et d'aptitude à la nage. Et le journaliste de conclure :"Ah la superstition quand tu nous tiens!"
Semaine carnée donc pour la Guinée après la Tabaski.


Quand un père veut reconnaître son enfant, il existe désormais le test Adn. Même en Afrique ! Surtout en Afrique! Comme le rapporte le Phare en Rd Congo : "En effet, le Tribunal de Paix de la Gombe, exige le teste de l’ADN pour voir claire dans l’affaire porté sur la querelle de paternité qui oppose Messieur José Elabe Djalo à son ex-épouse , Jeannine Bafuka Botoko."
Dans une querelle de paternité, il faut chercher le troisième larron. Si le mari est pluriel avant même d’aller au tribunal, ça complique les choses (Messieur José Elabe Djalo)
"(...) le plaignant José Elabe Djalo avait expliqué qu’il avait eu un enfant avec la prévenue Jeannine Bafuka Botoko. Et maintenant qu’ils se sont séparés, elle ne veut pas lui céder ledit enfant en avançant plusieurs prétextes: C’est pour cette raison qu’il a saisi le tribunal, afin de les départager. Par contre son ex-femme, par l’entremise de ses conseils, avait soutenu que l’enfant ne lui appartenait pas. C’est par accident qu’elle avait accepté de vivre avec lui. C’est ainsi que le Tribunal exige le texte d’ADN pour voir claire dans ce dossier."
L’enfant appartient à qui ? Faut-il le découvrir dans le mystère de l’Adn paternel ou du test du roi Salomon?


APC, toujours en Rd Congo, "Une jeune fille d’une maison cambriolées, a pu échappés à une tentative de viol, ces malfaiteurs qui ont réussi à forcer les portes des maisons sans se faire remarquer, ont emporté des biens matériels. (...) Dans l’une des maisons cambriolées, une jeune fille de cette famille a échappé à une tentative de viol. Elle s’en est sortie avec des sous-vêtements."
Et dire que cela aurait pu être pire...Je m'en sors habillée avec une bonne quinte de toux.

Rédigé par Habibatou GOLOGO le Mardi 23 Novembre 2010 à 13:51 | Commentaires (2)


Recherche

Habibatou GOLOGO
Habibatou GOLOGO

Dernières notes
Nom mortel (a) 27/01/2014
Finir assis ? 24/01/2014
Taupes et lapin 23/01/2014
Résolution 40... 03/01/2013
Fin glaciale 19/09/2012
Noël palpable 08/12/2011
Chasse-bœuf 19/09/2011
Haïti ou Ayiti… 20/05/2011
Désolée... 06/05/2011
Sel éthylique 21/03/2011





RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile