QUELQUES JOURS APRES L’ ACHAT DE MON GROUPE ELECTROGENE, MON DOS EST DEVENU CE QU’ON APPELLE EN SITUATION DE GUERRE , UN DOMMAGE COLLATERAL.


Un après midi en plein échange de mail avec mes fournisseurs, le courant s’en est allé une nouvelle fois, brutalement ,ironiquement sans explications sur son départ ni informations sur sa date de retour. Et la vie s’est arrêtée en même temps que les machines.

Je me demande d’ailleurs pourquoi les gens ont presque tous le même comportement en cas de délestage, surtout le soir. Les enfants accourent pour retrouver les parents et tout le monde s’assoit dans une pièce, impuissant et immobile, mais la bouche très active en revendications de tous genre, en y mettant la forme ou pas, à l’égard des dirigeants de notre cher Sénégal.

J’ai donc décidé ce jour là, d’acheter ENFIN un groupe électrogène. Bah oui ! Au lieu de me plaindre à longueur de journée d’une situation désagréable et imprévue ,d’affronter ces petits vampires appelés moustiques et cette chaleur insupportable, j’ai mis la main à la poche pour être en paix. Un petit groupe à 100 000F CFA et le tour est joué: lampes ventilateurs (eh non pas les splits à ce prix) et télés allumés !!!

Quelle joie ! J’étais comme un enfant devant un nouveau jouet. Bon il fallait un petit hic tout de même. Tu parles ! un grand hic oui ! Le démarrage . Petites natures s’abstenir! Après l’activation de quelques boutons, il fallait couper le disjoncteur ,débrancher congélateurs et frigo et surtout, le coup de grâce ,tirer d’un coup sec et de toutes ses forces une manette .

Vous imaginez une coupure à 3h du matin? Je l’ai vécu 3 jours après l’achat. Tel un zombie je me suis déplacée en sueur , accompagnée de quelques moustiques affamés et bruyants , vers l’appareil qui a eu raison de mon dos . Mes idées n’étaient pas en place. Je sortais d’un super rêve que je ne voulais pas quitter ,et j’essayais de garder mon esprit à moitié dans ce rêve pour le retrouver dans mon lit. J‘ai donc oublié d‘activer un des boutons. J’ai passé 15 minutes à tirer sur la manette ,en vain, avant d’entendre et de sentir ce crac qui m’a bloqué le dos !


La catastrophe! Mon beau rêve s’est envolé laissant place à une douleur aigue jusqu’au petit matin. A mon réveil ,ma décision fut prise. Ce groupe manuel sera pour ma boutique et pour la maison ce sera celui avec une petite clef à tourner. Désolée pour ma vendeuse, mais je n’ai plus l’âge de soulever des haltères à 3h du matin.

Rédigé par Nafytoo D le Jeudi 7 Octobre 2010 à 21:22 | Commentaires (10)

Pendant que les américains recherchent un moyen d’exterminer Oussama Ben Laden, que les puissances mondiales se retrouvent à Copenhague pour sauver la planète …Nous autres femmes, nous battons tous les jours, bec et ongles dehors contre notre ennemi public (et privé devant la glace) numéro 1 « LA GRAISSE ! » A chacun son combat !


Le pire est que cet ennemi a plusieurs synonymes pour nous berner !! Cellulite, gras, peau d’orange etc…Mesquine à bloc, elle va se loger là ou on ne la désire pas selon notre morphologie. On se met alors à ressembler à Daisy (vous savez la fiancée de Donald) avoir le visage du professeur foldingue ou les bras de Mike Tyson .

Dans mon cas, c’est le ventre. Par pitié graisse, loge toi ou tu veux mais épargne mon ventre. Un jour à Paris, je revenais d’un « tiébou dieune « royal de chez ma cousine dégusté à la main avec un bon bissap bien rouge. Un monsieur bien galant m’a cédé sa place dans le métro, pensant que j’étais à mon cinquième mois de grossesse. C’est la tête haute avec un grand merci, que je me suis assise prudemment comme une femme enceinte .Il fallait bien que je sauve mon honneur !

Nous essayons pourtant de nous débarrasser d’elle par tous les moyens. Ce qui fait le bonheur des chirurgiens, pharmaciens et esthéticiennes. : Toutes les techniques ont gentiment été passées de bouche à oreille et testées : liposuccion, cellu m6, sport ou régime. Le résultat est malheureusement souvent de courte durée.

Après une rude bataille de longue haleine, nous femmes africaines avons décidées, que nos hommes nous préfèrent pulpeuses. Entendez bien avec un postérieur rebondi et même le ventre qui va avec. Pour la symétrie et pour mieux retenir nos pagnes. Résultat : ils sont contents et ça nous arrange. Pourtant on se sent moins fière lorsqu’on est seule avec notre conscience et notre miroir .Car nous savons très bien que ces belles rondeurs sont les résultats de sauces bien grasses et d’un manque d’activité physique.

Graisse ! Oh graisse ! Laisse nous tranquilles !!On a beau te chasser 10 fois tu reviens quand même ! Sans prévenir, brutalement ou sur la pointe des pieds ! Un peu d’orgueil bon sang !!

Rédigé par Nafytoo D le Jeudi 15 Avril 2010 à 15:46 | Commentaires (12)


Pendant que les secondes s’égrenaient et que les deux aiguilles de ma montre s'immobilisaient sur le chiffre 12, je regardais les nuages à travers mon hublot. Souriant d’une oreille à l’autre, je me disais : Nafytoo, ton jour préféré de l’année est là : Le 8 mars !


Après quelques minutes de béatitude, le regard fixé sur le ciel étoilé, je me retournai et commençai à savourer MA JOURNEE DE LA FEMME .Siège descendu au maximum, massage du fauteuil activé (à défaut des mains fermes d’un bel apollon) je fis un signe de la main à Manu Dibango et échangeai quelques mots avec Lokua Kanza, avec un air de « hé ho excusez moi messieurs c’est moi la star aujourd’hui »

Les doigts de pieds en éventail, je me fis chouchouter par les charmantes hôtesses et les élégants stewards me disant : « je suis la reine Nafytoo et tout ce personnel est à mon service. Les « vous désirez madame, vous avez besoin d’autre chose Madame », m’aidaient encore plus dans mon film. Et là, mon imagination s’est emballée d’un coup : Je voyais Manu Dibango s’agenouiller à coté de mon siège, saxophone dans la bouche, me jouant un morceau rien que pour moi pendant que Lokua Kanza agenouillé également, chantait de sa voix suave et langoureuse. Notre El hadj Diouf des Blackburn Rover également présent dans l’avion s’est emparé d’un ballon en or surgit de je ne sais ou, pour dribbler sur sa tête au rythme de MA chanson.

Tous les passagers se sont alors levés, applaudissant, prenant des photos, filmant …le commandant de bord sortant directement d’un Harlequin (visage taillé à coups de serpe, mâchoire volontaire …on se comprend les filles) m’offrit un énorme bouquet, pendant que son copilote mit à mon cou un magnifique collier Swarovsky et..et…hou là ! s’ils viennent tous les deux c’est risqué pour le pilotage. Hum ! Bon d’accord le commandant est venu seul avec le bouquet et le collier.

J’étais dans les nuages et sur un nuage. Qu’il est bon d’être une femme chouchoutée, adulée par ces stars, le personnel, les passagers …que se passe-t-il avec le saxo de Dibango ? Le son est enroué ? On dirait un bébé qui pleure, c’est un bébé qui pleure. Le bébé de ma voisine m’a ramené à la réalité. J’ouvre les yeux et me vois les cheveux en bataille, emmitouflée sous 2 couvertures mes chaussettes dépassant. L’hôtesse me dit avec juste ce qu’il faut de gentillesse « Madame veuillez relever vote siège nous allons atterrir ».

C est bien le cas de le dire ! ce fut un atterrissage brutal …mais le 8 Mars ne faisait que commencer !

Rédigé par Nafytoo D le Mercredi 17 Mars 2010 à 14:11 | Commentaires (6)

J’ai confirmé la fameuse phrase des cordonniers mal chaussés et me suis retrouvée alitée pendant plusieurs jours, incapable de ‘poster’ sur mon blog.


La st valentin ! Cette fête commerciale qui remplit les poches des commerçants et le cœur des amoureux, commence à s’installer sérieusement en Afrique. L’histoire n’est pourtant pas aussi glamour que la fête en elle-même.

Valentin est un prêtre romain emprisonné et décapité le 14 février 273. Il défia l’empereur qui interdisait les mariages et fiançailles sur son territoire, espérant ainsi convaincre le maximum d’hommes, y compris les plus romantiques, à devenir soldat. Les couples désirants s’unir, faisaient appel au prêtre. Certains prétendent que les enfants aimaient beaucoup Valentin et Pour le réconforter, lui passaient des messages d'affection à travers les barreaux de sa cellule. D’autres racontent qu’il aurait rendu la vue à la fille de son geôlier qui s’occupa de lui pendant son incarcération. Pour la remercier, il lui fit parvenir ce petit mot : « Merci ! Ton valentin »

Pendant que toutes les valentines préparaient activement leur soirée, par amour pour leur homme, je les y aidais tout aussi activement, au point de m’oublier. Je me suis mise à l’entière disposition de mes clientes, organisant des ventes privées, After work entre femmes, enterrement de vie de jeune fille … Me déplaçant d’endroit en endroit avec des valises pleines de petites choses et de mes conseils épicés… Le résultat de ce dévouement total aux couples fut un mélange de Courbatures, maux de tête, manque de sommeil et fatiguement comme on dit chez nous.

C’est donc dans un souffle, les jambes en compote et la voix cassée, que j’ai dit à mon Valentin le 14 Février, juste avant de m’endormir : « bonne fête mon chéri ! »
A trop vouloir satisfaire ma clientèle, j’avais quelque peu négligé mon couple. Mais pour reprendre l’excuse facile, de grand nombre d’amoureux : pour nous, la st Valentin c’est tous les jours.

Rédigé par Nafytoo le Mercredi 3 Mars 2010 à 18:38 | Commentaires (6)

J’ai fait le test en me faisant violence et en m’imaginant dans la peau d’un homme pendant 24H.



Au réveil après ma toilette, j’ai enfilé ma tenue privilégiant le côté pratique pour la journée et des sandales après un regard furtif vers mes talons aiguilles. (c’est ma colonne vertébrale qui va être contente). Sans maquillage ni vernis à ongles et juste un chouchou pour discipliner mes faux cheveux , je me suis dirigée vers le petit déjeuner lançant un inaudible bonjour aux autres habitants de la maison. Au fait pourquoi la majorité des hommes sont si peu bavards et si grognons les 30 premières minutes de la journée ? Et pourquoi sont ils si gentils à la tombée de la nuit ?

Une fois en plein centre ville, mon portable collé à l’oreille, j’ai été moi-même surprise par la vitesse à laquelle mes yeux pouvaient se déplacer d’une femme à l’autre. J’ai même eu l’impression de concurrencer le caméléon, lorsque je me suis retrouvé entre une chute de rein vertigineuse à ma gauche et un balcon débordant dans un chemisier moulant à ma droite. Que de belles femmes : entre les clones de Beyoncé, les jongoma en tenue traditionnelle et les working girls en tailleur bien coupé ! Le spectacle valait le déplacement. Remettons nos idées en place et oublions que l’homme produit plus de testostérone que la femme.

Ah la femme…la mienne, (dans mon imagination bien sur) excellente épouse et mère de mes enfants me ramène rapidement sur terre, lorsque je vois sa photo sur mon portable en raccrochant.

Sur le chemin du retour après quelques échanges musclés avec des chauffards, eh oui !! je suis un excellent conducteur MOI, j’ai pris le soin de lui acheter ses gâteaux préférés et un magnifique bouquet de fleur. Quand je pense à toutes ses petites attentions, je ne peux que les lui rendre pour l’harmonie de notre couple.

Le soir, une fois au lit, contente de me ressentir femme, une question me trottait dans la tête : l’homme est ‘il réellement comme je l’ai imaginé ou comme nous femmes aimerions qu’il soit.

Sois résignée Nafytoo tu pourras beau essayer d’être dans la peau d’un homme ,tu ne pourras jamais être dans leur tête.

Rédigé par Nafytoo le Mercredi 10 Février 2010 à 10:30 | Commentaires (5)

Ce matin, je me suis réveillée avec la ferme intention de me faire percer à nouveau la narine gauche.


Soyons clair ! Cette décision n’a rien à voir avec le phénomène Vaidehi, cette magnifique actrice indienne qui a fait se déplacer, pas moins de 200 000 sénégalais à l’aéroport de Dakar. D’ailleurs, quand on la regarde de près, on peut voir qu’elle n’a pas de piercing sur le nez.

J‘avais pourtant tenté l’expérience il y a quelques années, avec trois amies. Après quelques sueurs froides et appréhensions, nous sommes ressorties triomphantes d’une bijouterie, arborant fièrement un nez habillé d’une fine boucle en or.

Au bout de quelques heures, nos sourires se sont transformés en grimaces de douleur et notre narine percée avait triplée de volume. Je n’avais alors qu’une seule obsession, me débarrasser au plus vite de ce poignard miniature planté dans mon nez.

J’ai donc abusé de pommade grasse et aspirines jusqu’à pouvoir enfin enlever le bijou. J‘ai appris par la suite qu’il vaut mieux faire cette opération chez un professionnel du piercing plutôt que dans une bijouterie. Le pistolet de cette dernière étant trop agressif pour nos délicates ailes du nez .

De plus , pour celles que cette expérience pourrait intéresser, parait-il qu’en Inde, la narine gauche percée représente en médecine Ayurvédique, l’assurance d’une meilleure fertilité. C’est bon à savoir mesdames !!!


Rédigé par Nafytoo le Lundi 8 Février 2010 à 15:24 | Commentaires (9)