Ouestaf.com, Premier site sous-régional d'information en Afrique de l'ouest
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Air Afrique : des centaines de millions en indemnités et des... souvenirs

Ouestafnews - Le ministère sénégalais en charge des Transports aériens, dirigé par Thierno Alassane Sall, vient de débourser 722 millions de francs CFA pour indemniser 250 des 681 anciens employés sénégalais d’Air Afrique, compagnie aérienne panafricaine, contrainte au dépôt de bilan il y a de cela onze ans.


Ce geste du gouvernement sénégalais a ramené en mémoire le souvenir d’une compagnie qui, pendant près de quatre décennies a porté haut le rêve d’intégration africaine nourri pas nombre de panafricanistes, avant de se retrouver à terre.

Les bénéficiaires de cette première tranche d’indemnisation, pour la plupart des personnes vivant dans la précarité, ont perçu chacun entre 2 et 4 millions de francs CFA, soit un total de 722 millions de francs CFA tirés d’un fond social de l’aéroport pour les dédommager, rapportent les médias sénégalais citant des sources officielles.

Le ministère de tutelle et les syndicalistes du secteur, regroupés au sein du Syndicat unique des transports aériens, ont fait savoir que le liquidateur doit encore débloquer, d’ici deux mois, 750 millions de francs CFA au profit des 431 travailleurs non encore indemnisés, rapportent les mêmes sources.

La liquidation judiciaire de la de la compagnie Air Afrique a été prononcée en avril 2002.

Au moment de déposer le bilan, Air Afrique affichait un passif de plus de 300 milliards de F.CFA (soit 457,32 millions d’euros), selon l’African Business Journal. Le dépôt de bilan était devenu presque inéluctable, selon de nombreux experts, au regard des insuffisances notés à l’époque dans le management de la compagnie.

Au nombre des griefs retenus, signale la même publication, figurent la mauvaise gestion commerciale de la compagnie, le nombre de billets gratuits distribués, ajouté à un recrutement des ressources humaines plus aristocratique que méritocratique.

A tout cela il a fallu ajouter l’implication souvent directe des chefs d’Etats et des gouvernements de pays membres dans le fonctionnement de l’entreprise.

Les premières difficultés d’Air Afrique ont en partie à voir avec le programme de « modernisation de la flotte » lancé au début des années 1980 par Air Afrique, avec en particulier l'introduction des premiers Airbus A300. La compagnie s’est trouvée ensuite durement touchée par les chocs pétroliers avec une violence telle que ses derniers directeurs généraux, appelés pour sauver la compagnie devenue moribonde, n’y pourront rien.

Parmi ces sauveurs appelés à la rescousse, fiurent le Sénégalais Yves Roland-Billecart et le Sénégalais Pape Thiam, qui n’ont pu rétablir son équilibre financier, et étaient donc contraints à suspendre ses opérations en novembre 2001.

Des experts du secteur aérien ont aussi vu la main d’Air France dans la banqueroute d’Air Afrique, et notamment dans les échecs de de tous les plans de relance qui ont été tentés pour ranimer la compagnie. Ces accusations trouvent leurs fondements sur le contrôle exercé par Air France sur le marché du transport aérien en Afrique francophone, et les bénéfices énormes que le transporteur français tire de l’exploitation du ciel africain.

La compagnie Air Afrique avait été lancée le 28 mars 1961 par un accord liant onze Etats africains francophones dont la volonté était de créer une grande compagnie aérienne qui pourrait leur permettre de tirer leur épingle du jeu dans le domaine du transport aérien international, selon des informations disponibles sur l’encyclopédie en ligne Wikipedia.

Les pays fondateurs détenaient chacun 6,54 % du capital de la compagnie. Il s’agissait du Cameroun, de la République centrafricaine, du Congo Brazzaville, de la Côte d'ivoire, du Bénin (Dahomey à l'époque), du Gabon, du Burkina Faso (Haute Volta), de la Mauritanie, du Niger, du Sénégal et du Tchad.

Le Togo a rejoint le groupe au 1er janvier 1968, entrant dans le capital à hauteur de 6 % par prélèvement sur les parts détenues par Sodetraf2, le Cameroun s'en retire en septembre 1971 pour créer Cameroon Airlines suivi par le Gabon en 1976, selon Wikipedia.

Avant sa mort, Air Afrique avait étoffé son réseau pour desservir vingt-deux pays africains, l'Europe et les Etats-Unis (New York).

Mercredi 7 Août 2013
Ouestaf News
Lu 1122 fois
Ouestaf News


Derniers tweets
Ouestafnews : Les brèves en Afrique de l'Ouest à 19H00 GMT- le 15/12/2017- Togo, Gambie, Niger : agriculture, investissement, cro… https://t.co/lxccbO8SLs
Vendredi 15 Décembre - 22:29
Ouestafnews : Mali : l’accord d’Alger bloque-t-il le fonctionnement de la justice? Ouestafnews – Signé le 15 mai et 20 juin 2015… https://t.co/ocvcO25HAj
Vendredi 15 Décembre - 17:29
Ouestafnews : Les brèves en Afrique de l'Ouest à 19H00 GMT- le 14/12/2017- Côte d’Ivoire, Sénégal, Burkina Faso : croissance, étu… https://t.co/qBA4kexwT9
Jeudi 14 Décembre - 23:34

Derniers tweets
Hamadou Tidiane SY : RT @guyntoto: J'ai étudié la guerre, J'ai appris la guerre, Je connais la guerre, Mais je n'aime pas la guerre. Général Mbuza Mabe (RFI) ht…
Vendredi 15 Décembre - 01:48
Hamadou Tidiane SY : @PapeDiam @ejcnet @elhadjkasse @ejicomschool @cmohamadou1 D'où justement l'importance d'une "loi" qui permettrait d… https://t.co/GIX9fJT6YO
Vendredi 15 Décembre - 01:47

Derniers tweets
Momar Niang : #Mali : l’accord d’Alger bloque-t-il le fonctionnement de la justice? https://t.co/NcJewbxQMC
Vendredi 15 Décembre - 17:31
Momar Niang : J'ai 2 nouveaux abonnés, de France, et plus la semaine dernière. Voir https://t.co/IC104J5bJ7 https://t.co/z1jof2pg6Y
Jeudi 14 Décembre - 19:46