Ouestaf.com, Premier site sous-régional d'information en Afrique de l'ouest
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Des garanties disponibles pour des projets culturels jusqu’à à hauteur de 155 millions FCFA (Trois questions à Mohamed Diallo, responsable du FGIC)


Des garanties disponibles pour des projets culturels jusqu’à à hauteur de 155 millions FCFA (Trois questions à Mohamed Diallo, responsable du FGIC)
Ouestafnews - Les acteurs du monde des arts et de la culture en Afrique se plaignent souvent du manque de soutien et d’appuis financiers pour accompagner leurs initiatives. Il s’agit d’une plainte fondée à bien des égards. Néanmoins, il existe en Afrique de l’Ouest de petites niches d’opportunités, mais souvent méconnues du grand public, faute de circulation de l’information ou d’une circulation restrictive, ne profitant qu’à quelques privilégiés dans des cercles d’initiés.
Parmi ces petites opportunités offertes aux ressortissants de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de lOuest (Cedeao) figure un fonds logé à la BIDC (la Banque d’Investissements et de Développement de la Cedeao), basé à Lomé.
Fidèle à sa vocation qui est de permettre à tous les acteurs et décideurs africains d’accéder à une information de qualité pouvant aider à l’éclosion et au développement des initiatives, Ouestafnews, vous propose ci-dessous un entretien avec Mohamed Diallo, Responsable du Fonds de Garantie des Industries Culturelles de l’Afrique de l’Ouest (FGIC) logé à la BIDC, afin que tous ceux qui s’activent dans ce domaine si particulier et si difficile dans la sous région puissent en bénéficier.


Ouestafnews - En quoi consiste le Fonds de Garantie des Industries Culturelles de l’Afrique de l’Ouest ou FGIC?

Mohamed Diallo - Le FGIC est un fonds créé en 2003 par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et dont la gestion avait été confiée à la Banque d’investissement et de développement de la Cedeao (BIDC). Mais depuis 2009, l’OIF et la BIDC sont devenues des partenaires contribuant à part ségales à la dotation de ce fonds qui est en fait destiné à garantir les opérations de financement en faveur des entreprises culturelles des Etats de l’Afrique de l’ouest, membres de l’OIF et de la Cedeao. Concrètement , le FGIC facilite l’accès au financement bancaire pour les promoteurs économiques culturels des pays concernés et favorise le partage du risque avec l’établissement octroyant le crédit en cas de défaillance du projet garanti.
Le FGIC garantit des projets dont le coût se situe entre 1 million de FCFA et 155 millions de Fcfa. Ces projets doivent avoir un caractère culturel en touchant entre autres, les domaines tels que le cinéma, la musique, l’édition, la presse écrite et audiovisuelle et l’artisanat.

Ouestafnews - Quel bilan peut-on faire de la mise en œuvre du FGIC ?


M.D - Depuis sa création, le FGIC a, à ce jour, accordé sept (7) garanties aux différents promoteurs économiques culturels de la sous-région. Et ceci dans les domaines suivants : audiovisuel, cinéma, livre et musique. Ces projets ont été initiés au Burkina Faso, en Côte d’ivoire, au Niger, au Sénégal et au Togo.
Pour bénéficier du FGIC, le promoteur culturel adresse une demande de financement à sa banque qui après analyse peut lui demander ou non une garantie du FGIC. « Nous intervenons au cas où, la banque demande notre garantie. Dans ce cas, elle nous envoie un dossier comportant : une demande de garantie, une demande de financement du promoteur culturel, une étude de faisabilité ou business plan, une note technique portant sur l’appréciation du risque du banquier. C’est au vue de ces documents que nous analysons le dossier de demande de garantie qui dure en moyenne un mois si toutes les informations sont fournies par le demandeur.

Ouestafnews - Quelle sont vos perspectives dans le cadre de ce fonds ?

M.D - Aujourd’hui, nous envisageons de redynamiser le FGIC. Un programme est mis en œuvre à cet effet et nous sommes entrain de rechercher auprès de certaines institutions des fonds pour augmenter les fonds propres du FGIC. Cela nous permettra, par conséquent, d’augmenter notre capacité d’intervention en faveur des pays de la sous-région. A ce jour la dotation globale du FGIC est de 1 million 300 mille Euros et son augmentation revêt pour nous une importance capitale.
Il faut dire qu’en plus de l’existence du Fonds de garantie des Industries Culturelles de l’Afrique de l’Ouest, l’Organisation internationale de la Francophonie a mis en place des mesures d’accompagnement qui consistent à former les promoteurs économiques et culturels et les banquiers sur les mécanismes de ce fonds afin qu’ils en tirent le meilleur profit.

Lundi 15 Février 2010
Ouestaf News
Lu 5767 fois
Ouestaf News

Derniers tweets
Ouestafnews : Les brèves en Afrique de l'Ouest à 19H00 GMT- le 13/12/2017- Sénégal, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Liberia : procès… https://t.co/m9ifW8Ork1
Mercredi 13 Décembre - 22:25
Ouestafnews : Fact-checking: Existe-t-il 54% d’analphabètes au Sénégal ? Ouestafnews - Le ministre de l’Education nationale, Seri… https://t.co/0EplRd0CHE
Mercredi 13 Décembre - 16:29
Ouestafnews : Les brèves en Afrique de l'Ouest à 19H00 GMT- le 11/12/2017- Bénin, Burkina Faso, Mauritanie : syndicat, grève, CST… https://t.co/EboPs3clwY
Mardi 12 Décembre - 00:24

Derniers tweets
Hamadou Tidiane SY : RT @natoshaah: That young lady who risked her life to save girls during the Moi girls tragedy was the perfect definition of a hero. But the…
Mardi 12 Décembre - 23:47
Hamadou Tidiane SY : RT @coumbas2: Atelier de formation sur la couverture médiatique des questions de santé du 11 au 13 décembre 2017 à l'E-Jicom, à Dakar. Prog…
Mardi 12 Décembre - 10:52

Derniers tweets
Momar Niang : RT @AfricaCheck_Fr: .@assaned, @dialimpa et @ValdezOnanina d'Africa Check, Mariama Thiam de @WADR_News & @mniang48 de @ouestafnews au panel…
Vendredi 8 Décembre - 21:57
Momar Niang : RT @abdouazizcisse9: Sahel : la malnutrition, l’autre visage de la crise sécuritaire https://t.co/ClgdzB9yxi #Ouestaf #malnutrition @opsoms…
Vendredi 8 Décembre - 21:55