Ouestaf.com, Premier site sous-régional d'information en Afrique de l'ouest
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Environnement: le plastique résiste à Abidjan

Ouestafnews – L’interdiction des sachets plastiques, entrée en vigueur début novembre à Abidjan, capitale économique de la Côte d’ivoire, reste encore un sujet controversé. Chez les petits commerçants abidjanais surtout, c’est la grogne.


Alidou est vendeur d’attiéké (célèbre spécialité culinaire ivoirienne à base de manioc) dans une ruelle du quartier Angré dans la verdoyante commune de Cocody. Entre 12 et 13 heures, ce Nigérien de 25 ans voit son échoppe littéralement assaillie par les élèves et autres employés de bureau qui viennent acheter leurs plats, « à emporter ».

« S’il n’y a plus de sachets, franchement je ne sais pas quoi d’autre utiliser, vous voyez que la plupart des clients ne consomment pas sur place », se plaint-il, tout en jetant des coups d’œil rapide sur un lot de sachets noirs, déjà entamé, le dernier de son stock, précise-t-il à un envoyé spécial d’Ouestafnews dans la capitale économique ivoirienne. Ici en dépit de l'interdiction, le plastique reste encore très usité.

« C’est une décision salutaire, le plastique n’est pas biodégradable, regardez comment ça bouche les caniveaux …» se plaint, Guy Kouassi Alain, gérant de cybercafé à dans le vieux quartier populaire de Treichville.

Un argumentaire dont ne veulent pas les commerçants abidjanais pour qui l’initiative gouvernementale ne prend nullement en compte leurs préoccupations et la particularité de leur activité.

Si l’effet néfaste sur l’environnement est à la base de la décision, les autorités ont semble- t-il oublier que le sachet plastique fait vivre des millions de personnes, à travers le pays.

Attablée sous un parapluie, à l’abri du chaud soleil de novembre, Ange Irié, une femme entre deux âges va jusqu'à ouvrir son arsenal de trois glacières, remplies à ras bord de sachets d’eau et de jus de fruits glacés.

Ange qui fréquente le marché d’Adjamé, refuse de nous dire, le montant de sa recette journalière. « Avec ça là, tu envoies ton enfant à l’école et le nourri », réplique-t-elle sèchement dans ce phrasé coloré typique des Abidjanais.

Quelques mots qui en disent long sur les probables conséquences socio-économiques de la disparition du sachet plastique qui constitue le gagne-pain de beaucoup de jeunes garçons dans les marchés de la capitale économique ivoirienne.

Si la mesure est jugée salutaire, vu les désagréments causées à l’environnement, beaucoup reprochent aux autorités d’avoir agi sans proposer des contreparties aux usagers.

C'est cet aspect que regrette, Zaoré Laundry Alain, un journaliste et bloggeur, spécialisé sur les questions environnementales qui estime que « c'est une décision salutaire mais qui est prise sans pourtant autant proposer d'autres alternatives aux populations ».

Dans beaucoup de pays africains, le sachet plastique devient indésirable, au fur et à mesure que la problématique environnementale se place au centre des préoccupations.

En Côte d’Ivoire, le 08 novembre 2014, le décret portant "interdiction de la production, de l'importation, de la commercialisation et de l'usage du sachet plastique" est entré en vigueur. En février 2014, le gouvernement avait donné aux fabricants, une période de six mois pour écouler leur stock et proposer à l’avenir un produit dégradable.

Cependant un tour dans les lieux de commerces permet de constater que le sachet indésirable fait de la résistance à l’exception de quelques grandes surfaces d’Abidjan où les clients emportent leurs emplettes dans des emballages en papier.

La Côte d'Ivoire, vient s'ajouter à une liste de pays comme la Mauritanie, le Gabon, et le Rwanda qui ont interdit les sachets. Dans certains pays d'Afrique de l'ouest comme le Sénégal, une mesure similaire avait été annoncée par l'ex-ministre de l'environnement, Ali El Haidar, mais attend d’être effectivement adoptée.

Dimanche 30 Novembre 2014
Ouestaf News
Lu 2196 fois
Ouestaf News


Derniers tweets
Ouestafnews : La quasi-totalité d’entre eux se trouvant en Asie et en Afrique sub-saharienne et représenterait 85% dans des... https://t.co/LSUQAOHr2U
Samedi 17 Février - 01:05
Ouestafnews : Mali : conseil des ministres du 14 février 2018 ( le communiqué) Le Mercredi 14 Février 2018, un Conseil des Minist… https://t.co/CRVukofnNP
Vendredi 16 Février - 21:40
Ouestafnews : "Une indemnisation constitue une réponse adéquate à un long parcours tel celui des victimes d’un régime... https://t.co/VqBhegLN62
Vendredi 16 Février - 21:24

Derniers tweets
Hamadou Tidiane SY : @ehmthiam @edgarmorinparis Géographie coloniale plus que choix. Suis pas spécialistes mais vous savez bien que la… https://t.co/WEfevIHDf6
Dimanche 18 Février - 23:39
Hamadou Tidiane SY : @ehmthiam @edgarmorinparis On est toujours dans la logique coloniale. Sans vouloir dédouaner ceux que vous nommez,… https://t.co/hF7jwJT2lX
Dimanche 18 Février - 23:32

Derniers tweets
Momar Niang : RT @abdouazizcisse9: Selon la @FAOWestAfrica , la chenille légionnaire d’automne (Spodoptera frugiperda) peut causer des dégâts... #ouesta…
Dimanche 18 Février - 03:17
Momar Niang : RT @abdouazizcisse9: Tout le monde sait aussi que Hissène Habré a débarqué au Sénégal avec beaucoup d’argent et qu’il a investi un peu part…
Dimanche 18 Février - 03:15