Ouestaf.com, Premier site sous-régional d'information en Afrique de l'ouest
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Sahel : excédent céréalier dans au moins deux pays, mais…

Ouestafnews - La production céréalière est « excédentaire » au Niger et au Burkina Faso, deux pays sahéliens enclavés et où les populations sont souvent confrontées à l’insécurité alimentaire .


« Au Niger la production céréalière est estimés 4.800.000 tonnes, l’excédent annoncé est de 1.800.000 tonnes, ce qui est considérable puisque cela (l’excédent) représente 38 % des besoins nationaux », relève l’ONG Afrique Verte dans son bulletin trimestriel d’avril 2011 consulté par Ouestafnews.

Quant au Burkina Faso, l’excédent y est estimé à 1 million de tonnes, soit 28 % des besoins nationaux sur une production totale de 4.500.000 tonnes, affirme l’ONG qui, selon son site web, prétend offrir une autre image du Sahel au-delà des clichés sur la faim pour une région qui, depuis la grande sécheresse des années 70, reste souvent associée à la famine et à la pauvreté.

Cependant, note l’ONG, les prix des céréales commencent à augmenter au Niger, en dépit de ce « solde excédentaire (de la production céréalière), à cause de la pression exercée sur le marché par les opérations d’achats de mil par l’Etat pour la reconstitution des stocks ». par contre les prix restent « quasiment stables » au Burkina Faso et des augmentations « moins sensibles » sont notées au Mali.

Ces trois pays sont tous situés au cœur du Sahel et la survie d’une bonne partie de leurs populations dépendent de l’agriculture, elle-même soumise aux aléas climatiques.

Le Niger est touché de façon cyclique par l’insécurité alimentaire qui, en 2009 avait affecté la vie de 7,5 millions de personnes, soit presque la moitié de la population du pays.

Lors d’un discours prononcé à l’occasion d’une rencontre internationale sur la sécurité alimentaire 29 mars 2011 à Niamey, l’ex-Premier ministre nigérien Mahamadou Danda avait plaidé pour « une approche globale et prospective ». Selon lui l’excédent de production ne parvient pas à éliminer la faim dans le pays car « Le niveau de prévalence de la malnutrition au Niger, même en période de production excédentaire, est resté très préoccupant». Dans ce même discours, il s’était aussi élevé contre les méthodes « d’urgence » qui caractérise la gestion des crises alimentaires.

Les réponses et les solutions à apporter à la crise de l’agriculture, source de l’insécurité alimentaire chronique dans nombre de pays africains, fait l’objet de vifs débats, sur fond de batailles pour le contrôle des terres, parfois entre communautés d’un même pays, et de plus en plus entre ces communautés et de grands multinationales étrangères soutenues et encouragées par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international.

« Le concept de sécurité alimentaire doit aller de pair avec celui de souveraineté alimentaire », rappelait à Ouestafnews, Mme Diakéba Kaba, membre de l’Association guinéenne pour l’allègement des charges féminines (AGCFEM), qui se bat pour une agriculture qui profite d’abord aux familles rurales africaines, souvent les plus démunies et dans la plupart des cas, principales victimes de crises alimentaires récurrentes.

Selon cette militante féministe, la lutte pour la sécurité alimentaire ne doit pas être un « fourre-tout ». Et pour cette raison, son organisation, qui regroupe des femmes en milieu rural lutte contre la politique d’introduction des pesticides prônée par des organisations comme l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (Agra, selon le sigle en Anglais) que dirige l’ancien secrétaire général des Nations-Unies, Kofi Annan.

« Plus fondamentalement quand on regarde les modèles de développement agricoles qu’on a mis en place depuis les années 60, on peut affirmer qu’il n’y a pas eu de changements majeurs en termes de diversification », argue de son côté Mamadou Dansokho, chercheur au Consortium pour la recherche économique et sociale (Cres) basé à Dakar.

« Un pays incapable de nourrir sa population va la jeter en pâture à l’extérieur », rappelle le chercheur dans un entretien accordé à Ouestafnews, tout en soulignant la nécessité d’une production agricole locale « soutenue et diversifiée ».

Vendredi 15 Avril 2011
Ouestaf News
Lu 1321 fois
Ouestaf News


Derniers tweets
Ouestafnews : #Mali #Insécurité #AccordAlger #justice «La conduite des négociations pour parvenir à l’Accord d’Alger ou les... https://t.co/Y2OsmSjUet
Samedi 16 Décembre - 12:45
Ouestafnews : Les brèves en Afrique de l'Ouest à 19H00 GMT- le 15/12/2017- Togo, Gambie, Niger : agriculture, investissement, cro… https://t.co/lxccbO8SLs
Vendredi 15 Décembre - 22:29
Ouestafnews : Mali : l’accord d’Alger bloque-t-il le fonctionnement de la justice? Ouestafnews – Signé le 15 mai et 20 juin 2015… https://t.co/ocvcO25HAj
Vendredi 15 Décembre - 17:29

Derniers tweets
Hamadou Tidiane SY : Hmmmm https://t.co/oepXEN32Hg
Lundi 18 Décembre - 01:26
Hamadou Tidiane SY : Tout le monde célèbre "le président Dia". Question : que faisons nous dans la vie réelle pour que son "héritage" ne soit pas vain?
Dimanche 17 Décembre - 23:03

Derniers tweets
Momar Niang : #Mali : l’accord d’Alger bloque-t-il le fonctionnement de la justice? https://t.co/NcJewbxQMC
Vendredi 15 Décembre - 17:31
Momar Niang : J'ai 2 nouveaux abonnés, de France, et plus la semaine dernière. Voir https://t.co/IC104J5bJ7 https://t.co/z1jof2pg6Y
Jeudi 14 Décembre - 19:46