Ouestaf.com, Premier site sous-régional d'information en Afrique de l'ouest
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Thabo Mbeki quitte la tête de l’Afrique du Sud et songe à un Institut du Leadership pour sa reconversion

Ouestafnews - Le président sud africain Thabo Mbeki, qui a rendu sa démission dimanche 21 septembre à la demande de son parti le Congrès National Africain (ANC), devrait mettre en place un « Institut du Leadership pour l’Afrique » pour assurer sa reconversion, a confié à Ouestafnews le porte parole du président sortant.


« De tout temps, le président (Mbeki) a songé à la mise en place d’un Institut du Leadership pour l’Afrique (Leadership Institute for Africa) lorsqu’il aura terminé son mandat », a déclaré Mukoni Ratshitanga joint au téléphone depuis Dakar.
« C’est ce qu’il va faire, reste maintenant à savoir quand tout cela sera effectif », a affirmé Ratshitanga.
Bien que quittant le pouvoir contraint et forcé, Mbeki comptera certainement s’appuyer sur sa sortie « en douceur » et son « panafricanisme » pour justifier une telle mission, puisque de l’avis de ses partisans il a montré par sa démission ses qualités d’homme d’Etat, en n’ayant pas cédé à la tentation de s’accrocher au pouvoir.
Mais ses détracteurs préfèrent parler de « son échec » mettant en exergue son rejet par les populations sud-africaines, toujours confrontées à des problèmes de pauvreté et de chômage, sa volonté de vouloir imposer ses vues à l’Afrique, ainsi que les difficultés du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique, le NEPAD dont il est un des concepteurs.
Par ailleurs, a souligné le porte-parole de Mbeki, le président démissionnaire ne représentera pas son pays aux réunions de l’Organisation des Nations Unies prévues cette semaine à New York, contrairement à ce qu’avaient écrit certains medias sud-africains la veille.
Ratshitanga a toutefois refusé de se prononcer sur une implication future du président sud-africain dans la vie politique de son pays, affirmant que « c’est là une décision individuelle ».
De même il a refusé de confirmer la création possible d’un nouveau parti par les fidèles de l’ancien président, dont certains ont déjà annoncé qu’ils quitteraient leurs fonctions gouvernementales en signe de solidarité avec Thabo Mbeki.
Les médias locaux ont évoqué la gestation de ce nouveau parti, qui serait porté par les « pro-Mbeki » au sein de l’ANC.
Le départ de Thabo Mbeki de la présidence sud africaine marque l’épilogue d’une longe bataille qui l’a opposé avec son rival et ancien vice-président Jacob Zuma. Ce dernier a pris le contrôle de l’ANC lors d’un congrès en décembre dernier et est assuré d’être élu à la tête du pays l’an prochain.
Zuma qui faisait face à des poursuites judiciaires, a bénéficié d’une décision qui met fin à celles-ci, pour des vices de procédure, les juges ayant estimé que l’exécutif a dû influencer certains magistrats qui se sont précipités pour accuser Zuma de corruption.
Le départ de Mbeki marque aussi l’arrivée aux commandes du pays de l’aile « intérieure», de l’ANC par opposition aux anciens exilés. Cette aile intérieure, appuyée par les syndicats est jugée plus « nationaliste » que la mouvance dirigée par Mbeki mais qui à l’époque (en 1999) faisait peur aux « investisseurs » et « aux puissances étrangères. »
Ainsi l’’arrivée au pouvoir de Thabo Mbeki a toujours été considéré par la majorité des Sud-africains comme un « arrangement » plutôt qu’une victoire démocratique.
Au départ de Nelson Mandela en 1999, Thabo Mbeki alors vice-président, avait été préféré à Cyril Ramaphosa, ancien syndicaliste qui, à l’époque, était le porte-étendard de la mouvance « intérieure ».
Ramaphosa, comme beaucoup d’autres de ses camarades, s’étaient alors reconvertis dans les affaires et sont devenus de chefs d’entreprises à la tête de très grosses fortunes.
Selon la presse sud africaines du lundi 22 septembre, Mbeki est resté « défiant jusqu’au bout », allusion à son refus de quitter le pouvoir depuis qu’il a perdu le congrès de l’ANC en décembre 2007 et son refus de reconnaître que l’exécutif avait quelque chose à voir avec les déboires judiciaires de Jacob Zuma.


Lundi 22 Septembre 2008
Ouestaf News
Lu 2398 fois
Ouestaf News


Derniers tweets
Ouestafnews : Les brèves en Afrique de l'Ouest à 19H00 GMT- le 20/02/2018 – Togo, Mauritanie, Côte d’Ivoire : dialogue, Afreximba… https://t.co/P7DBteVgdN
Mardi 20 Février - 20:55
Ouestafnews : Les brèves en Afrique de l'Ouest à 13H00 GMT- le 19/02/2018 - Ghana, Togo, Mauritanie, Sénégal, Gambie : Cedeao, in… https://t.co/JepHgBnecD
Lundi 19 Février - 18:34
Ouestafnews : La quasi-totalité d’entre eux se trouvant en Asie et en Afrique sub-saharienne et représenterait 85% dans des... https://t.co/LSUQAOHr2U
Samedi 17 Février - 01:05

Derniers tweets
Hamadou Tidiane SY : Question d'un agent de joueur qui n'arrive pas à placer son poulain : y a-t-il des salles de sports dans les... https://t.co/Vxq9pG9jUU
Mardi 20 Février - 21:53
Hamadou Tidiane SY : RT @ejcnet: What role can #algorithms play in ensuring that the voices of our most vulnerable citizens are heard? @AlexaBorchardt argues g…
Mardi 20 Février - 20:08

Derniers tweets
Momar Niang : RT @ejicomschool: Appel à candidatures : bourses de partenariat Africans Rising / E-jicom, édition 2018 Ouvert aux jeunes diplômés... https…
Mardi 20 Février - 19:25
Momar Niang : @ValdezOnanina @assaned @dialimpa @abdouazizcisse9 https://t.co/qBxwzq0Qq2
Lundi 19 Février - 16:24