Echos de la Can : les « Super Eagles » à la recherche d’une quatrième étoile

0
442
Osimhen, l'arme fatale du Nigeria dans cette Can 2023 en côte d'Ivoire. Photo-Ali Dao

Après avoir remporté à trois reprises la coupe d’Afrique des nations en 1980 à domicile, en Tunisie en 1994 et en Afrique du Sud en 2013, les « Super Eagles » du Nigeria sont en passe d’épingler une quatrième étoile à leur tableau de chasse. Une prouesse largement à leur portée au regard du jeu produit en six matchs lors de ce tournoi et de la qualité de son effectif avec comme leader, un certain Victor Osimhen.

L’occasion est donnée au Nigérians de réaliser leur rêve face au pays organisateur, la Côte d’Ivoire en l’occurrence, le dimanche 11 février 2024. Une rencontre avec un parfum de revanche pour les « Eléphants » de la côte d’Ivoire.

Logés dans la même poule lors des matchs de groupes, Nigérians et Ivoiriens se sont déjà affrontés lors de la deuxième journée de leur groupe. Une rencontre qui a tourné à l’avantage des « Super Aigles ».

L’avantage psychologique est nigérian

« Nous avons déjà battu la Côte d’Ivoire. Nous les avons vaincus dans la phase de groupe, ce qui nous donne un avantage psychologique ». Cette déclaration Segun Odegbami, l’ex- footballeur international nigérian traduit l’état d’esprit des « Supers Eagles » à l’approche de la finale de la 34e édition de la coupe d’Afrique des nations.  Celui que ses compatriotes appelaient « Mathematical », poursuit : « dans la rue, les Ivoiriens savent que nous sommes supérieurs. Nous avons juste besoin de le montrer ».

Selon Segun Odegbami, l’équipe ivoirienne n’a pas produit un jeu à même de lui permettre de remporter le graal continental. « Les hôtes n’ont pas bien joué. Ils ont eu de la chance. C’est un miracle qu’ils soient arrivés à ce stade », a révélé l’ancienne légende du foot made in Nigeria.

Certes les « Super Eagles » ont aligné six matches sans défaite dans le tournoi. Ils ont, dans leurs rangs, le meilleur joueur africain 2023 qui attire tous les regards. Mais attention, une surprise n’est jamais loin d’une finale de coupe.

Attention à l’excès de confiance

Une finale de coupe se gagne. Elle ne se joue pas. Et ce n’est toujours pas la meilleure équipe sur le terrain en termes de qualité de jeu et possession de balle. Mais plutôt, la plus réaliste et déterminée et efficace. Ont souvent clamé en cœurs les spécialistes du football.

Les « Super Eagles » doivent faire sienne cette maxime du sport roi. Surtout que la Côte d’Ivoire depuis son sauvetage in-extremis pour les huitièmes de finale, s’est totalement métamorphosée avec en prime l’élimination du Sénégal, qui est la seule équipe à avoir impressionné tous les observateurs par la qualité de son jeu et de la prestation de ses joueurs. Le Mali et la République démocratique du Congo sont également à la moulinette ivoirienne.

La Côte d’Ivoire est une ressuscitée qui a retrouvé la joie de jouer et de gagner. Elle était au purgatoire. Elle est désormais aux portes du Paradis.

Nigeria-Côte d’Ivoire est une affiche alléchante. Deux équipes qui se connaissent bien. Que la meilleure gagne !

FGB/fd

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici