Echos de la Can : Osimhen, comme un aigle royal

0
350
Étincellent et déstabilisant, Victor Osimhen l'a été face au Cameroun en 1/8è de finale de la Cana 2023. Photo/ Ali Dao

Désigné meilleur joueur africain de l’année. Un titre qui a été décerné par la Confédération africaine de football (Caf). Victor Osimhen, né le 29 décembre 1998 à Lagos au Nigeria, était très attendu sur les bords de la lagune Ebrié à l’occasion de la 34 édition de la coupe d’Afrique des nations (Can) 2023. Une attente que le footballeur international nigérian a brillamment honorée à cette étape de la compétition.

En quatre matchs, trois lors de la phase de poule A et celui des 1/8e de finale, Victor Osimhen a fait étalage de son immense talent. Démontrant aux yeux de tous qu’il n’a pas usurpé son titre de ballon d’or africain.

En effet celui qu’on surnomme Little Drogba (petit Drogba) en comparaison à l’attaquant ivoirien, Didier Drogba, aujourd’hui à la retraite, un condensé de vélocité, de puissance athlétique et d’altruisme. Des qualités rarement réunies chez un footballeur de sa corpulence.

Dans le match des huitièmes de finale qui a opposé sa sélection à celle du Cameroun, Victor Osimhen, sous ses faux airs de Drogba, a dribblé, provoqué, joué collectif pour déstabiliser, à lui seul, la défense poreuse et fébrile des poulains de Rigobert Song.

Le premier but du Nigeria est son œuvre personnelle. Dans un pressing dont lui seul a le secret, il a obligé le défenseur camerounais, Oumar Gonzalez a déjoué. Pris de panique, l’arrière camerounais dans un geste maladroit, décide de revenir sur ses bases en jouant avec son gardien de but. Mal lui en pris, il est très vite rattrapé par  l’attaquant de Naples (Série A Italie) qui ne s’est pas fait prier pour lui ravir le ballon et le glisser à son partenaire. Celui-ci va battre à bout portant le pauvre Fabrice Ondoa  le portier camerounais qui n’a pu avoir la main forte pour sauver ses buts.

Dans ce deuxième match des 1/8e de finale de la Can 2023, Victor Osimhen a régalé les puristes du football grâce à la qualité de ses déplacements avec ou sans le ballon.

La détermination de l’attaquant nigérian était à la hauteur du match qui avait un relent de revanche. Ce 1/8è de finale était le remake de la finale de la 14e édition de la Can 84, qui a opposé le Nigéria au Cameroun. Une finale remportée par les « Lions indomptables » sur le score de trois buts à un.

Son pressing, ses appels de balle, ses courses. Ses déplacements sur le terrain… Un vrai délice. Face aux rugueux défenseurs camerounais, Osimhen a pesé de tout son poids pour venger cette finale de 1984.

FGB/fd

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici