Fact-checking : Niamey abrite-t-il le plus grand hôpital d’Afrique de l’Ouest?

L’hôpital de référence de Niamey. Capture d'écran

Ouestafnews (avec AfricaCheck) – Dans un éditorial télévisé diffusé en mars 2018 au Niger, un journaliste nigérien a soutenu que l’Hôpital général de référence du Niger de Niamey est « le plus grand hôpital d’Afrique de l’Ouest ». Africa Check a vérifié.

L’Hôpital général de référence (HGR) du Niger, situé dans le quartier Koira Tegui, en périphérie nord de la capitale, et offert au pays par la Chine, a été officiellement inauguré le 2 août 2016, selon le ministère nigérien de la Santé publique. Ses activités ont effectivement démarré en novembre 2017 d’après plusieurs médias nigériens dont TamTam Info.

A la suite de son entrée en service, le gouvernement a demandé que tout dossier médical d’évacuation sanitaire hors du Niger devant être payée par l’Etat soit désormais « soumis à l’avis préalable » de l’HGR, pour permettre de « réduire de manière significative les coûts liés » à ces prises en charges.

Il a aussi décidé que tous les ministres et députés ne seront soignés à l’étranger que si cela n’était pas possible dans cet établissement, selon le communiqué du conseil des ministres tenu le 16 mars 2018, consulté par Africa Check sur le site de la présidence nigérienne.

Deux jours après cette annonce, le 18 mars 2018, une vidéo saluant l’HGR comme une « véritable merveille technologique » et « un exemple de coopération technique entre Pékin et Niamey » a été mise en ligne.

Un hôpital récent et bien équipé

L’établissement « dispose de toutes les commodités. Un hôpital de quatrième niveau, disent les spécialistes », déclare le journaliste Mamane Mamadou Zarami dans ce film, en donnant des détails : ses « 14 salles d’opération dont deux pour les urgences », ses « 23 chirurgiens », « la capacité de ce bijou est de 500 lits » notamment, avant de conclure : « C’est le plus grand hôpital d’Afrique de l’Ouest. Son coût : environ 45 milliards de nos francs (FCFA, plus de 68,6 millions d’euros).

Sollicité par Africa Check sur l’origine de cette affirmation Mamane Mamadou Zarami a expliqué s’être fondé sur « un constat sur le terrain étayé par la conférence de presse du directeur général de l’hôpital », un médecin militaire, Dr Oumara Mamane, ainsi que « des articles de presse », sans préciser de date.

« Le commentaire que vous avez écouté est dans le sens large et propre du terme. Les bâtiments s’étendent sur 33.000 m2 (3,3 hectares, ha) sur un site de 12 ha » a-t-il dit, le site Niger Inter a rapporté 16 hectares.

Les tentatives d’Africa Check pour joindre le directeur général de l’hôpital sont demeurées sans succès. Mais le service de communication de l’établissement a assuré par téléphone que l’affirmation selon laquelle l’HGR est « le plus grand d’Afrique de l’Ouest » était « tout à fait correcte », en promettant de fournir ultérieurement « toutes les informations nécessaires » pour l’étayer.Nous demeurons toujours dans l’attente de cette réponse et actualiserons cet article dès que nous la recevrons.

Y a-t-il un critère pour décréter un hôpital « plus grand » qu’un autre ?

Plusieurs paramètres entrent en ligne de compte quand il s’agit de comparer des établissements de santé, « il n’y a pas une norme avalisée » en la matière, a expliqué à Africa Check Mamadou Ndiaye, médecin sénégalais et expert en Santé publique. Tout dépend du volet sur lequel la personne qui parle veut mettre l’accent, selon lui. « Certains vont se focaliser sur le nombre de lits disponibles, d’autres voir le nombre de services (neurologie, neurochirurgie, etc.), la superficie » ou encore les effectifs.

« Plus grand » sur la base du nombre de lits ?

Si l’on examine la déclaration en se fondant sur le nombre de lits, l’HGR, avec sa capacité déclarée de « 500 lits », n’est clairement pas le plus grand d’Afrique de l’Ouest. Au Ghana, l’Hôpital universitaire de Korle Bu (Korle Bu Teaching Hospital), à Accra, a aujourd’hui une capacité de « plus de 2.000 lits », a affirmé son service de communication joint par Africa Check. Soit dix fois plus qu’à sa création, en 1923 : il a commencé avec deux cents lits, selon la même source.

« Plus grand » sur la base de la superficie ?

L’HGR n’est pas non plus le plus grand d’Afrique de l’Ouest par sa superficie : 12 ha dont 3,3 de bâtiments, selon l’éditorialiste nigérien, 16 ha selon Niger Inter. Au Sénégal, le Centre hospitalier national universitaire de Fann (CHNU-Fann), à Dakar, interrogé par Africa Check, a indiqué avoir une superficie de 37 hectares (et 441 lits disponibles).

Ce critère peut cependant être un faible élément de comparaison dans certains cas, a indiqué Dr Mamadou Ndiaye : un hôpital disposant d’une superficie de 10 ha où les bâtiments n’occupent qu’un ha ne peut objectivement être considéré « plus grand » qu’un autre de cinq ha où les bâtiments en occupent quatre, « le terme serait galvaudé ».

Effectifs, activités, plateau technique, enseignement et recherche

Pour jauger les établissements hospitaliers, d’autres paramètres entrent en considération, notamment les effectifs (les médecins dont les spécialistes, les paramédicaux et le personnel administratif), les activités de soin (médecine, chirurgie, prise en charge de la grossesse, de l’accouchement et de leurs suites, prise en charge d’une maladie spécifique), le taux d’occupation des lits ou encore la complexité des actes médicaux réalisés, d’après une étude française sur les coûts et performances des établissements hospitaliers publics (ESP).

Dans cette étude publiée en 2003, l’auteur, Didier Balsan, souligne également « l’importance de l’enseignement et de la recherche au sein » des ESP.

Typologie des hôpitaux

La complexité de l’équation hospitalière est également abordée dans un volumineux manuel de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publié en 2009, intitulé « Analyse du secteur de la santé dans les urgences complexes ».

« La taille des hôpitaux varie d’un pays à l’autre. Les hôpitaux tertiaires comptent des centaines, voire des milliers de lits, alors que les hôpitaux de première référence (ou de premier recours) en ont généralement 50 à 300. En théorie, la productivité est proportionnelle à la taille. Dans la pratique, il est difficile de gérer efficacement de grands hôpitaux. C’est pourquoi on voit couramment des hôpitaux tertiaires divisés en unités autonomes de 200 à 300 lits », peut-on y lire.

En mars 2018, un éditorialiste nigérien a affirmé que l’Hôpital général de référence (HGR) à Niamey est « le plus grand hôpital d’Afrique de l’Ouest », en expliquant se fonder notamment sur les déclarations officielles et des articles de presse. Le service de communication de l’HGR a assuré à Africa Check que cette déclaration était « tout à fait correcte », en promettant de fournir ultérieurement les renseignements qui l’attestent.

D’après un médecin sénégalais expert en Santé publique, Dr Mamadou Ndiaye et la littérature consultés par Africa Check, plusieurs paramètres sont à prendre en considération pour pouvoir confirmer ou infirmer cette déclaration : la superficie, le nombre de lits, le plateau technique ou encore les activités.

Les statistiques disponibles ne tendent cependant pas à l’affirmer fondée : l’HGR est crédité d’une capacité d’accueil de 500 lits, le quart de ce que revendique au moins l’Hôpital universitaire de Korle Bu, au Ghana. En termes de superficie, l’HGR avec ses 12 ou 16 hectares selon les sources, n’est pas plus étendu que le Centre hospitalier national universitaire de Fann de Dakar avec ses 37 hectares.

En l’absence des éléments promis par le service communication de l’HGR – toujours attendus au 23 mai 2018 -, il n’est pas prouvé que cet établissement est le plus grand hôpital d’Afrique de l’Ouest.

 

PARTAGER