Faux médicaments : de quoi parle-t-on réellement ?

A Touba, les vrais officines cohabitent avec de fausses pharmacies comme le montre cette image prise aux alentours de l’hôpital Matlaboul Fawzeyni. Photo/Ouestafnews/20 avril 2019

En Afrique, on use du terme « médicaments de la rue » pour désigner les produits mis sur le marché par ceux qui pratiquent l’exercice illégal de la pharmacie. Mais de quoi parle-ton au juste ? Lexique.

 Un médicament ?

Selon la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), un médicament est « toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l’égard des maladies humaines. Toute substance ou composition pouvant être administrée à l’homme en vue d’établir un diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou modifier des fonctions physiologiques chez l’homme est également considérée comme médicament ».

Médicament contrefait ?

Selon l’OMS, «un médicament contrefait est un médicament qui est délibérément et frauduleusement muni d’une étiquette n’indiquant pas son identité et/ou sa source véritable. Il peut s’agir d’une spécialité ou d’un produit générique et, parmi les produits contrefaits, il en est qui contiennent les bons ou les mauvais ingrédients, ou bien encore aucun principe actif, et il en est d’autres où le principe actif est en quantité insuffisante ou dont le conditionnement a été falsifié.»

Médicament falsifié

Dans le domaine de la pharmacie, la falsification d’un médicament consiste à altérer volontairement (une substance ou tout autre élément) en vue de tromper. Selon les spécialistes le choix du terme «falsification» sera préféré à celui de « contrefaçon » pour mettre l’accent sur les risques d’atteinte à la santé publique (« contrefaçon » ayant une connotation plus juridique, insistant sur la notion d’atteinte aux droits de propriété intellectuelle).

Médicament sous-standard ou non conforme

Les médicaments sous-standards sont des médicaments authentiques produits par des fabricants autorisés par l’autorité nationale de réglementation mais qui ne remplissent pas les spécifications de qualité élaborées dans le cadre national pour ces produits.

Le terme «non conforme» signifie quant à lui qu’un médicament présente certains écarts par rapport aux spécifications requises par le dossier d’enregistrement approuvé par l’autorité d’enregistrement et aux bonnes pratiques de fabrication en vigueur dans le pays d’enregistrement.

Médicament générique

Les médicaments génériques sont généralement définis comme des copies autorisées de médicaments originaux. Ces copies sont autorisées par la loi dès que le brevet du principe actif du médicament de référence est tombé dans le domaine public c’est-à-dire au bout de 20 ans à partir de la date du dépôt du brevet et non de la mise sur le marché. Bien que n’étant pas totalement identiques aux originaux, les médicaments génériques présentent la même composition qualitative et quantitative en principe actif. Les spécialistes attirent aussi l’attention sur le fait que la contrefaçon n’épargne pas aussi les génériques.

MN/ts