Finale CAN 2021 vue de Dakar : et le Sénégal se met à rêver…

0
1793
Une des journaux sénégalais de ce samedi 5 février 2022./Photo montage Ouestaf News.

Ouestafnews – Le Sénégal joue ce 6 février 2022, contre l’Egypte, la finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football. A 24 heures du match, les Sénégalais rêvent. Et la presse du pays se laisse aller à des titres enthousiastes, parfois simplement emphatiques.

« Un peuple, un but, une coupe ». Au moins deux journaux, comme s’ils s’étaient passé le mot, ont ainsi titré leur Une de ce samedi 5 février 2022. L’équipe nationale de football vaut bien qu’on écorche la devise du pays (un peuple, un but, une foi). Et les quotidiens privés Dakar Times et Bés Bi, Le jour, n’ont pas résisté au jeu de mots.

« Dimanche des rêves de coupe », annonce de son côté le quotidien L’info (privé) pour qui les « rêves et espoirs » de coupe des Sénégalais reposent sur les « épaules de Sadio Mane et (de) ses coéquipiers ».

Le talentueux footballeur de Liverpool, n° 10 dans l’équipe nationale de son pays, a été un des artisans de la qualification des Lions de la Téranga (surnom de l’équipe sénégalaise).

Pour ce journal, le Sénégal devra « gagner pour mettre fin à 60 ans de quête d’une première étoile africaine et entrer par la grande porte de l’histoire du football national ». 

Le Sénégal s’est qualifié en finale de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2021 suite à sa victoire contre le Burkina Faso (3-1) et affrontera l’Egypte. L’équipe du Sénégal va discuter sa deuxième finale consécutive, la troisième après 2002 et 2019.

« A nous la Coupe », titre, de manière précocement triomphante, L’Enquête (privé). Pour ce quotidien, l’équipe nationale sénégalaise est à « 90 minutes d’écrire la plus belle page de l’histoire du football sénégalais ».

Du côté de Libération (privé) le ton est plutôt à l’injonction : « Ramenez-nous la coupe à la maison », invite la Une de ce quotidien, reprenant le titre d’une chanson d’un musicien français sortie quelques jours après la victoire de l’Equipe nationale française à la Coupe du monde de football 2018.

Le journal, comme la plupart de ses confrères, estime que le pays tout entier est « suspendu aux pieds de Sadio Mané et Cie ».

Plus réaliste, le journal l’AS (quotidien privé) décrit l’atmosphère ambivalente qui règne dans le pays. « Attente, stress et excitation au Sénégal », note ce journal qui rappelle que les « Lions » sont pour la « 3e fois à la porte de l’histoire ».

Revenant sur la devise du pays, le quotidien sportif Stades s’exclame « Un peuple, un but, un trophée ! », tout évoquant des « faits d’histoire donnant des raisons d’y croire ». Et le journal de rappeler que le Sénégal en est à 3è finale.

Le journal Sud Quotidien voit « Les lions, en quête de gloire » et souligne qu’ils devront « vaincre les pharaons et monter sur le toit de l’Afrique ».

Le journal Le Quotidien, quant à lui, préfère rappeler que derrière cette finale se profile aussi «la guerre des étoiles », allusion aux deux stars de Liverpool, Sadio Mané, côté sénégalais et Mohamed Salah, côté égyptien.

Le journal affiche à sa Une les photos de deux célébrités de la Première League. Le parallélisme s’arrête là, puisque le journal rappelle que « le Sénégal court après sa première, (Coupe), l’Egypte veut sa 8è » !

L’équipe nationale égyptienne est la plus titrée de la CAN avec sept titres (1957, 1959, 1986, 1998, 2006, 2008, 2010).

Alors, Source A de rappeler aux Lions qu’ils sont en finale « pour écrire une histoire inédite ». Le quotidien sportif Record fait son titre sous forme d’invite : « Faites-nous plaisir !!! » écrit ce quotidien également privé. Le quotidien 24heures lui, rappelle les attentes des Sénégalais : « Faites-vous plaisir, le peuple vous attend ! ».

Le journal L’Observateur (privé) pour sa part, barre sa Une de la devise du Sénégal, sans rien écorcher cette fois : « Un peuple, un but, une foi ».   

Pour le quotidien Les Echos (privé), il n’y a qu’un seul choix est c’est « le trophée, rien que le trophée » alors que pour Walf Quotidien (privé), c’est « le moment ou jamais ! ». 

ON/ts

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here