FSM : plusieurs personnalités attendues, budget pas encore bouclé

0
58

Le Forum va accueillir entre 20 et 60.000 participants venus du monde entier, selon des informations fournies par le service de presse du FSM dans un courrier parvenu à Ouestafnews.

Pour l’édition de Dakar, le budget de l’évènement, qui tourne habituellement autour de 1 à 1,5 milliards de FCFA, n’était pas encore bouclé à moins d’une semaine du démarrage des activités, selon les organisateurs.

« Le comité d’organisation est en train d’y travailler encore », a expliqué Mamadou Mignane Diouf, coordonnateur du Forum dans un entretien téléphonique à Ouestafnews ce 1er février 2011.
Quelque « 150 manifestations » seront organisées à travers des ateliers, des conférences, des débats avec pour thème général « les crises du système et des civilisations », selon M. Diouf.

Le thème général de cette année a été choisis parce que le monde fait face à « une crise du comportement civilisationnel (sic) » qui affecte la « jeunesse, les dirigeants du monde et la manière dont ils gèrent la chose publique », a ajouté M. Diouf avant d’ajouter qu’il « faut donc analyser toutes ces questions-là et trouver des alternatives ».

Né il y a une décennie au Brésil et porté par les mouvements dits « altermondialistes » qui s’opposaient alors au triomphe du néolibéralisme, le FSM a au fil des ans perdu de sa superbe. Il n’a plus l’impact qu’il avait à ses débuts lorsqu’il était une puissante contre manifestation au Forum de Davos (Suisse) qui réunit les grands décideurs de la finance mondiale.

Le FSM « est un espace de débats démocratique » et un lieu « de formulation de propositions, d’échange d’expériences et d’articulations de mouvements sociaux (…) qui s’opposent au néo-libéralisme et à la domination du monde par le capital et par toute forme d’impérialisme », selon des informations postées sur le site internet du Forum.

Selon les organisateurs le principal objectif à Dakar sera de « renforcer les dynamiques de résistances et de luttes, en Afrique, et entre l’Afrique et le reste du monde ».

Il s’agira aussi de « faire découvrir, ou de mieux faire connaitre certaines réalités des luttes en Afrique », dans un « contexte néo-colonial et ses implications », dont l’extrême pauvreté.

Après Nairobi (Kenya), Dakar est la deuxième ville africaine a accueillir le FSM dont la première édition a eu lieu à Porto Alegre au Brésil en janvier 2001. Deux autres villes ouest africaines (Bamako et Niamey) ont eu à accueillir le Forum social africain (FSA).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici