Gambie : l’ancien président Yahya Jammeh, responsable de la mort d’une cinquantaine de ressortissants ouest africains (rapport)

L’ancien président gambien, Yahya Jammeh est accusé d’être responsable de la mort d’une cinquantaine de migrants ouest africains, dans un nouveau rapport conjointement signé par  Human Rights Watch et TRIAL International.

«Une unité paramilitaire contrôlée par l’ancien président, gambien, Yahya Jammeh, a exécuté sommairement plus de cinquante migrants originaires du Ghana, du Nigeria et d’autres pays d’Afrique de l’Ouest en juillet 2005», révèle ce rapport publié ce mercredi 16 mai 2018 et consulté sur le site de Human Rights Watch.

Le drame est survenu, quand « le 22 juillet 2005, les forces de police gambiennes ont arrêté entre 50 et 56 étrangers à Barra, ville située en face de Banjul sur la rive opposée du fleuve Gambie», souligne le rapport avant de préciser que les interpellés étaient composés de « 44 Ghanéens, 10 Nigérians, 2 Sénégalais, 2 Ivoiriens et 1 Togolais».

PARTAGER