Indice de l’émergence : Cap-Vert et Ghana sur la bonne voie, Côte d’Ivoire loin du compte

Selon les critères de l'indice de l'émergence en Afrique seuls le Cap-Vert et le Ghana sont sur la bonne voie pour ce qui est des pays de la Cedeao

Ouestafnews – Le Cap-Vert et le Ghana sont les deux pays ouest africains qu’on peut qualifier d’ « émergents », indique l’Observatoire pour l’émergence en Afrique (Obema), un think tank africain, qui a publié en février 2018 la première édition de son «indice de l’émergence en Afrique».

Le Cap-Vert et le Ghana sont les seuls pays ouest africains figurant dans le top dix de ce classement. Occupant le 5è rang au niveau continental, le Cap-Vert affiche une moyenne générale de 57,73 points, tandis que le Ghana (7è africain) est crédité de 55,45 points.

L’indice de l’émergence de l’Afrique, selon ses promoteurs, s’appuie sur une méthodologie nouvelle qui prend en compte les réalités propres au continent. L’indice se base sur 23 indicateurs regroupés en quatre domaines : politique, économique, développement humain et société.

Un score est établi pour chaque pays dans chaque domaine. Ensuite sur la base notation allant de 0 à 100 points, l’index classe les 54 pays africains en quatre catégories : émergent, seuil, potentiel, et autre.

A la tête des pays considérés comme émergents, il y a l’Ile Maurice, suivie de l’Afrique du Sud et des Seychelles. On retrouve aussi dans ce lot, le Botswana, le Rwanda, la Namibie, la Tunisie et le Maroc.

L’indice consulté par Ouestafnews souligne que «ces pays sont engagés dans un processus de transformation économique soutenue dans un contexte socio-politique inclusif et institutionnel stable, susceptible d’en assurer la soutenabilité ».

Le Sénégal et le Bénin atteignent le seuil

Dès leur arrivée au pouvoir les présidents Macky Sall du Sénégal et Alassane Ouattara ont lancé avec beaucoup de fanfare leur plan destiné à l’émergence économique.

Toutefois, au regard de l’Indice, ces pays ont encore du chemin à faire. Placé au 15è rang continental, le Sénégal avec son Plan Sénégal émergent (PSE) a une moyenne de 51,49. Il se retrouve dans le lot des pays qui sont au « seuil » de l’émergence.

Une catégorie où se place un autre pays ouest africain, le Bénin avec une moyenne 47,82.

Par  « seuil » l’indice désigne les pays qui sont à la limite au-delà de laquelle pourrait s’amorcer le processus d’émergence.

La Côte d’Ivoire loin du compte

Première économie de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), la Côte d’Ivoire, avec son plan Emergence 2020, est logée dans la catégorie dite « potentielle ». Avec un score de 42,56, elle occupe la 37è place et est même devancée à l’indice par des pays comme le Congo, le Zimbabwe et le Mozambique.

Dans la catégorie  « potentiel », on retrouve des pays qui, certes, possèdent des ressources importantes, mais ne réussissent pas encore à les mobiliser en vue de l’émergence.

C’est dans ce lot qu’on retrouve la plupart des pays classés (21 sur 54) dont l’essentiel des pays ouest africains : Liberia, Togo, Burkina Faso, Sierra Leone, Mali, Gambie, Côte d’Ivoire, Niger et Nigeria

La Guinée et la Guinée-Bissau, respectivement classées 44è et 46è, se retrouvent au plus bas niveau de l’indice, à savoir la catégorie dite « Autre » où ils côtoient des pays comme le Soudan du Sud, la Somalie, ou encore la Guinée équatoriale.

La catégorie « Autre » regroupe les pays dont les performances ne permettent pas, pour l’instant, de les positionner sur la voie de l’émergence.

Dynamiques régionales

«En   termes de comparaison des cinq sous-régions du continent en  matière  d’émergence, l’Afrique australe se détache comme la plus performante, suivie par l’Afrique du Nord, l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique de l’Est et l’Afrique centrale », explique l’Obema.

Quand on élargit la comparaison aux quatre dimensions thématiques qui composent l’Indice, on observe que l’Afrique australe  devance  les  autres  régions  dans  les  domaines  du  politique  et  du développement humain.

Pour sa part, l’Afrique du Nord occupe la première place dans les deux autres dimensions   (économique   et   société). La   région   méridionale  du   continent est   la   seule  à   se positionner  convenablement.

Elle arrive  au deuxième rang  dans les  deux  catégories.  Par  contre l’Afrique du Nord est à la traîne en  matière  politique,  domaine  dans  lequel,  elle  se classe  à  la dernière  position, mais aussi dans celui du développement humain. L’Afrique de l’Est est la région qui performe  moyennement  dans  toutes  les  dimensions.

Il  en  est de  même pour l’Afrique de l’Ouest qu’elle devance légèrement dans trois domaines, mais qui la précède dans la catégorie « politique » où elle est nettement supérieure à l’Afrique de l’Est. L’Afrique centrale enregistre de mauvais scores.

Emergence, un concept critiqué

Le concept d’émergence semble à la mode ces dernières années poussant beaucoup de pays africains (Gabon, Sénégal, Côte d’Ivoire) à se doter de nouveaux plans de développement pour atteindre ce stade. Il n’y pas cependant une définition du concept acceptée par tous.

«La question de l’émergence est polémique et  polysémique », expliquent Mamoudou Gazibo et Olivia Mbabia, les deux experts africains à la base de cette étude, dans un document consulté par Ouestafnews.

Pour ces deux chercheurs, ce travail «doit être  lu  comme un travail exploratoire et une contribution à la réflexion qui se précisera d’année en année».

«Toutefois, notre objectif n’est pas de stigmatiser tel ou tel pays. Au contraire, il est ouvertement normatif en ce sens que cet index vise à accompagner les ambitions de l’Afrique en faisant ressortir des aspects clés et d’autres moins propices à l’émergence», ajoutent-ils.

MN/ad

 

PARTAGER