La francophonie projette le cinéma africain à Cannes

0
120

Il s’agit des films, « Il va pleuvoir sur Conakry » de Cheick Fantamady Camara (Guinée) ; « Africa Paradis » de Sylvestre Amoussou (Bénin) ; « Far, la reine des eaux » de Salif Traoré (Mali) ; « Tartina City » de Serge Issa Coelo (Tchad) ; « Matin bonheur » de Gaïté Fofana (Guinée) ; « Les Saignantes » de Jean Pierre Bekolo (Cameroun) ; « Juju Factory » de Balufu bakupa Kanyinda (République démocratique du Congo) ; « Le sourire du Serpent » de Mama Keïta (Guinée), selon un communiqué de l’OIF parvenu à Ouestanfnews.
Cette action s’inscrit dans la logique du soutien que l’OIF entend apporter au cinéma africain de manière générale.
Ainis en février dernier la Francophonie avait apporté son soutien à la 20ème édition du Festival panafrician de Cinéma de Ouagadougou Fespaco et le patron de l’Organisation, l’ancien chef d’Etat sénégalais, Abdou Diouf, s’était personellement déplacé à Ouagadougou pour assister à la plus grande manifestation cinématographique africaine.
Par ailleurs, des cinéastes reconnus comme Gaston Kaboré du Burkina Faso ou des critiques de cinéma tel que Baba Diop du Sénégal sont conviés à des "rencontres professionnelles sur les enjeux du secteur" aux côté de leurs collègues d’autres pays du Sud. (Ouestafnews)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici