Putsch en Guinée : la CEDEAO opte pour une transition de six mois

0
533

La conférence des chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a décidé de sanctionner les auteurs du putsch et appelé à des élections au plus tard dans six mois en Guinée, indique le communiqué final du sommet extraordinaire de l’organisation tenu le 16 septembre 2021.   

La Cedeao décide de « la tenue, dans un délai de six (6) mois, des élections présidentielle et législatives pour la restauration de l’ordre constitutionnel » en Guinée, souligne le document. Elle a également décidé de « la mise en œuvre des sanctions ciblées conformément aux protocoles de la Cedeao, impliquant l’interdiction de voyage des membres du CNRD (Comité national de rassemblement et de développement), ainsi que des membres de leur famille et le gel de leurs avoirs financiers ».

La conférence a rappelé qu’elle tient les membres du CNRD « pour responsables individuellement et collectivement de l’intégrité physique du président Alpha Condé », tout en réaffirmant son exigence pour la libération immédiate et sans condition du président Alpha Condé.

L’organisation sous régionale avait déjà suspendu le 8 septembre, la Guinée de ses instances et avait dépêché une mission à Conakry pour rencontrer le chef de la junte, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya et le président Condé, renversé et arrêté le 5 septembre 2020.

Le 5 septembre, les éléments des forces spéciales de Guinée, menés par le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, ont renversé le président Alpha Condé, dissout les institutions et suspendu la Constitution. Le lieutenant-colonel a également annonce qu’un « Comité national du rassemblement et du développement (CNRD) » avait pris le pouvoir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici