Sanctions contre quatre pays : des organisations de la société civile déposent une plainte contre la Cedeao

0
466
A cause des sanctions de la Cedeao, la situation humanitaire s’aggrave de plus en plus au Niger. Des ONG internationales demandent des mesures « d’exemption humanitaire » pour sauver des populations devenues vulnérables. /Photo-Cedeao.

Des organisations de la société civile, Youth for Peace and Security Africa (YPS-Africa) et la Coalition des patriotes africains du Burkina Faso (Copa/BF), ont déposé une plainte devant la Cour de justice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) pour contester la légalité des sanctions infligées au Burkina Faso, au Mali, au Niger et à la Guinée, annonce un communiqué daté du 27 décembre 2023 signé par les deux organisations, consulté par Ouestaf News. 

Ces organisations poursuivent la Cedeao pour avoir bloqué l’accès aux frontières terrestres et aériennes des produits alimentaires, des médicaments, des produits liés aux soins de santé, etc. « à plus de 100 millions de citoyens ouest-africains au Burkina Faso, au Niger, au Mali et en Guinée ».

Elles demandent à la Cour communautaire de prendre en compte les violations des droits humains générées par lesdites sanctions en se fondant sur la charte des droits de l’homme de l’Union africaine, le Traité révisé de la Cedeao et ses protocoles, et les lois internationales, pour déclarer « illégales » les sanctions visant le Mali, Burkina Faso, Guinée et Niger.

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest a infligé des sanctions économiques et financières à ces pays suite à des coups d’Etat. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici