Sénégal : la production de riz pluvial diminuerait de 50% d’ici 2100

0
839
A Mbagam et chez les riziculteurs de la vallée, la subvention de l'Etat sur l’engrais est jugée inopérante. Photo/Ouestaf News/juin 2019

La production sénégalaise de riz pluvial diminuerait de 50% d’ici 2100, selon une étude du Centre de coopération internationale en Recherche agronomique pour le développement (Cirad) et de l’Institut sénégalais de recherches agricoles (Isra).

« Les rendements seront divisés par deux, donc cela sera pratiquement impossible de cultiver du riz pluvial au Sénégal dans les zones où il est actuellement cultivé », explique l’agronome à la Cirad, Edward Gérardeaux, cité par le document. Les auteurs de l’étude préconisent l’adaptation variétale. Cela consiste à choisir des variétés de riz plus résistantes à la chaleur et plus économes en eau.

Lire aussi : Autosuffisance en riz au Sénégal (1) : belles annonces, réalité paysanne ardue

Le riz est la première céréale la plus consommée devant le mil et le maïs. Cependant, l’offre local ne couvre que 35% des besoins de consommation, estimés entre 1,7 et 1,8 millions de tonnes (équivalent riz blanc), soit une consommation moyenne d’environ 100 kg/ par habitant. Environ 65% des besoins sont couvert par les importations, originaires principalement d’Asie (Thaïlande, Inde, Vietnam, Pakistan et Chine), selon un rapport 2019 de la Cirad.

Lire aussi : Autosuffisance en riz au Sénégal (3) : copinage et politique annihilent les efforts

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici