Classement RSF 2019 : le Ghana déchu, progrès significatifs de la Gambie

Cérémonie de lancement du Classement 2019 de Reporters sans Frontières (RSF)/photo/Ouestaf News

Ouestafnews –  Le Ghana n’est plus le leader africain en matière de liberté de la presse, indique le classement 2019 de Reporters Sans Frontières (RSF), publié ce jeudi 18 avril 2019. Contrairement à ce recul ghanéen, la Gambie à la faveur de l’avènement d’un régime démocratique a accompli l’une des plus grandes de ce nouveau classement avec un bond de 30 places qui le propulse hors de la zone rouge.

La contre-performance ghanéenne se traduit par un score de 20, 81 points.  Le Ghana quitte aisni sa position de leader pour se retrouver à la 3ème  position au pied d’un podium africain où la Namibie suivie du Cap-Vert avec des scores respectifs de 18,95 et 19,81 points.

Entre 2018 et 2019, le Ghana a perdu 2,4 points. Au niveau du classement mondial, il a chuté de  quatre rangs alors que la Namibie et le Cap-Vert ont respectivement progressé de trois et quatre places.

Considérée comme un modèle démocratique en Afrique, le Ghana a connu ces derniers selon une organisation comme le West Africa Media Foundation (Basée à Accra) détérioration des conditions de sécurité des journalistes.

En janvier 2019, Ahmed Hussein-Suale, membre d’un consortium local de journalistes d’investigation a été tué par balles, près de son domicile à Accra.  Courant 2018, des menaces avaient été proférées contre Hussein-Suale.

Le grand bond de la Gambie

Le classement 2019 de RSF, reste marqué par le pas de géant de la Gambie qui a fait un bond de 30 places.  Ainsi ce pays jadis habitué aux bas fonds du classement, se retrouve cette année au 92ème rang.  Entre 1996 et 2014, la Gambie a été dirigé par un régime autocratique marqué par la répression contre les journalistes et la société civile. La Côte d’Ivoire quand à elle s’inscrit dans la continuité en gagnant cette année onze places.

Sur les quinze pays d’Afrique de l’Ouest, dix se retrouvent dans la zone Orange de ce classement, qui d’après la terminologie de Reporters Sans Frontières équivaut à une «situation problématique».

Toutefois l’Afrique de l’Ouest dispose de trois représentants dans la zone jaune (qui traduit une  situation plutôt bonne) à travers le Cap-Vert, le Ghana et le Burkina Faso. D’autre part l’Afrique de l’Ouest domine le Top 10 africain avec quatre représentants.

Le Mali et le Nigeria, classés dans la zone rouge (situation grave) constituent les seules ombres au tableau ouest africain.

«Le nombre de pays considérés comme sûrs, où les journalistes peuvent exercer leur métier en toute sécurité, continue de se réduire, tandis que les régimes autoritaires renforcent leur emprise sur les médias», affirme RSF dans un communiqué.

Cette année 180 pays figurent dans le classement. Selon RSF, l’Afrique est la région qui L’Afrique enregistre «la plus faible dégradation» de liberté de presse. RSF établit chaque année son classement sur la base de sept critères : Pluralisme, Indépendance, Environnement et autocensure, Cadre légal, Transparence, Qualité des infrastructures, Exactions

MN/on