Niger : la société française Orano perd la grande mine d’uranium d’Imouraren

0
242
Le général Abdourahamane Tiani, président du CNSP au Niger

Le gouvernement nigérien a décidé, le 20 juin 2024, de retirer à l’entreprise française Orano son permis d’exploitation de la mine d’uranium située à Imouraren (nord), a annoncé la compagnie dans un communiqué. Les autorités nigériennes lui reprochent de n’avoir pas « respecté le délai d’exécution » des travaux qui avait été convenu entre les deux parties. 

Dans son communiqué, Orano « prend acte » d’une décision qui survient « malgré la reprise des activités sur site conformément aux attentes » des autorités nigériennes.

Orano se dit néanmoins ouverte au dialogue mais n’écarte pas, avec ses avocats, de « contester » cette décision devant les instances judiciaires nationales ou internationales.

Le 7 juin dernier 2024, le ministère nigérien des Mines avait menacé de retirer le permis si Orano n’engageait pas les travaux d’exploitation du gisement au plus tard le 19 juin 2024.

Avec des réserves estimées à 200.000 tonnes, la mine d’Imouraren, dans le nord du Niger, est l’un des plus grands gisements d’uranium au monde. Son exploitation qui devait débuter en 2015 avec Areva, devenu Orano, a été retardée par la baisse mondiale du prix de l’uranium.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici