Pas de preuve que 93 % des Sénégalais n’ont « pas accès à la chirurgie » (Fact-checking)

0
1552
L'accès aux soins chirurgicaux et anesthésiques restent un défi majeur à relever dans les systèmes de santé en Afrique subsaharienne./Photo-Ouestaf News.

Ouestafnews – Un conseiller du président sénégalais Macky Sall, a déclaré le 2 juin 2022, au cours d’une cérémonie, que « 93 % des Sénégalais n’ont toujours pas accès à la chirurgie ». Ouestaf News a vérifié. La déclaration n’est pas prouvée.

Dr Serigne Guèye Diop, ministre conseiller à la présidence de la République, par ailleurs maire de la commune de Sandiara (dans le centre du Sénégal), a affirmé que « 93 % des Sénégalais n’ont toujours pas accès à la chirurgie ». Il s’exprimait en marge des festivités destinées au public avant le démarrage des prestations des soins du bateau hôpital « Global Mercy ». Ses propos ont été rapportés par le journal Le Soleil le 3 juin et par Walf Quotidien sur son site internet le 7 juin 2022.

Ouestaf News a contacté l’auteur de la déclaration, Dr Serigne Guèye Diop, qui a précisé que ce chiffre provient des données de recherche de Global Mercy. Mercy Ships (ou navires de la miséricorde en français) est une Ong humanitaire internationale fondée à Lausanne en Suisse, en 1978 par des missionnaires américains, dans le but d’améliorer l’accès aux soins de santé dans les pays d’Afrique. Grâce aux professionnels bénévoles, elle apporte des soins de santé gratuits dans les domaines de la gynécologie, de l’ophtalmologie, de la chirurgie et des soins dentaires, à bord de navires-hôpitaux.

Selon un document word fourni par Dr Diop et provenant de Mercy Ships, « chaque année, 16,9 millions de personnes dans le monde meurent faute d’accès aux soins chirurgicaux et 93 % de la population d’Afrique subsaharienne n’y a toujours pas accès ».

Le document consulté par Ouestaf News ne contient pas de données sur l’accès à la chirurgie au Sénégal.

Capture d’écran d’un extrait du document partagé par Dr Serigne Guèye Diop.

Dr Serigne Guèye Diop, a été contacté à nouveau par notre rédaction pour savoir si le chiffre que Mercy Ships avance pour l’Afrique subsaharienne était valable pour le Sénégal.

Le médecin a précisé, dans un mail, que ces données ne concernent que l’Afrique subsaharienne. Il dit ne pas posséder de données précises concernant l’accès à la chirurgie au Sénégal.

Ouestaf News a contacté par mail Mercy Ships pour plus de précisions. L’Ong humanitaire souligne dans sa réponse que « ces chiffres proviennent d’une étude publiée en 2015 par The Lancet Commission ».

Une étude intitulée « Global Surgery 2030 : evidence and solutions for achieving health, welfare, and economic development », publiée le 27 avril 2015.

Cette étude Global Surgery 2030 indique qu’en Afrique subsaharienne, « ce sont 93 % de personnes qui sont privées de soins chirurgicaux ».

Dans l’étude Global Surgery 2030 que Mercy Ships cite comme source, également consultée par Ouestaf News, il n’est mentionné aucune donnée spécifique sur l’accès à la chirurgie au Sénégal. On y fait plutôt à illusion à la région « Afrique subsaharienne ».

Inexistence de données

S’agissant des chiffres concernant le Sénégal, les recherches menées par Ouestaf News auprès de plusieurs chirurgiens sont restées infructueuses.

« Aucune étude sur le taux d’accès à la chirurgie n’est disponible au Sénégal », selon Dr Papa Saloum Diop, point focal chargé de la chirurgie au ministère de la Santé, par ailleurs médecin chirurgien à l’hôpital général Idrissa Pouye de Grand Yoff (un quartier de Dakar), joint au téléphone par Ouestaf News.

« Après avoir consulté plus de 35 sources de la banque de données et des dizaines d’articles, il est clair que les études et les données sur l’accès à la chirurgie au Sénégal sont extrêmement limitées », a confié à Ouestaf News par e-mail, Jenna Sherman, rédactrice principale et responsable de programmes à Digital Health Lab, un réseau international regroupant des experts en santé publique.

En se fondant sur ses réponses, il est difficile d’estimer le taux d’accès à la chirurgie et le nombre de personnes ayant besoin d’opérations chirurgicales au Sénégal par an.

Néanmoins, selon le point focal de la chirurgie au ministère de la Santé, à l’hôpital général Idrissa Pouye de Grand Yoff, ce sont en moyenne « 23 personnes qui ont besoin d’opérations chirurgicales par jour ».

On n’a pas pu déterminer avec M. Diop, si le service de chirurgie de l’hôpital Idrissa Pouye est en mesure de satisfaire toutes les sollicitations de chirurgie par jour.

D’après Dr Diop, au Sénégal, sans préciser le nombre exact, il y a plusieurs hôpitaux (de capacités variables) pour des interventions chirurgicales, mais regrette-t-il, il y a un déficit de spécialistes dans ce domaine.

Difficile à prouver

L’affirmation du ministre conseiller à la présidence sénégalaise, Serigne Guèye Diop, selon laquelle « 93 % des Sénégalais n’ont toujours pas accès à la chirurgie » n’est pas prouvée. Lui-même n’a pas pu en fournir la source, après avoir été contacté par Ouestaf News pour des précisions.

Un document de Mercy Ships, cité au départ comme source de l’information parle plutôt de manière générale de « l’Afrique subsaharienne » et fournit le même chiffre que Dr Diop a avancé pour le Sénégal. Mais le document originel ne fait aucune référence au Sénégal. En plus les chiffres dans ce document datent de plus de sept ans.

Une étude menée par The Lancet, sur le même sujet, ainsi que le point focal chargé de la chirurgie au ministère de la Santé du Sénégal ne fournissent aucune donnée précise sur l’accès à la chirurgie au Sénégal.

Partant de tout cela, on peut dire que le chiffre avancé par Dr Diop, à défaut d’être sans fondement, est difficile à prouver.

YM/fd/ad/ts

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here