Harmonisation des frais de tests Covid au sein de l’Uemoa – Bénin, Togo et Niger trainent les pieds

0
178
L'Uemoa a décidé l'harmonisation des frais de tests Covid à 25.000 FCFA, à partir du 1er mai 2021. A ce jour, trois des huit États membres font encore figure de mauvais élèves.//Photo-OMS

Oustafnews – Le 25 mars 2021, les chefs d’Etat de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) ont décidé d’harmoniser le coût des tests de dépistage de Covid-19 pour les voyageurs utilisant le transport aérien à 25.000 FCFA. La date d’entrée en vigueur de la décision a été fixée au 1er mai 2021. Dans la foulée, ils ont aussi décidé qu’« en temps opportun, le coût du dépistage du Covid-19 sera fixé à 5.000 FCFA pour les voyageurs utilisant les voies terrestres ». Près d’un mois après la date butoir, où en est l’application de cette mesure : Ouestaf news fait le point.

La Guinée Bissau a été le premier pays à se conformer à la décision de l’Uemoa d’harmoniser les frais de tests Covid à 25.000 FCFA. Dès l’annonce de la mesure par l’organisation sous régionale, les autorités bissau guinéennes ont décidé le lendemain d’anticiper l’application pourtant prévue le 1er mai 2021. Le Haut-Commissariat en charge de la gestion du Covid (rattaché directement à la Présidence de la République), a ainsi décidé de réduire les frais de tests Covid de 30.000 à 25.000 FCFA, pour les passagers voyageant par voie aérienne. La mesure s’applique surtout aux sortants. Pour les entrants, il leur exigé la présentation d’un test fait dans un laboratoire ou institution agréé et reconnue par les pays de la Cedeao.

Ceux qui passent par les frontières terrestres paient, quant à eux, 5.000 FCFA. Mais compte tenu de la porosité des frontières terrestres, les agents peinent encore à y faire appliquer la mesure, a indiqué à Ouestaf News une source sur place à Bissau.

Dans la liste des bons élèves, figure aussi le Mali, deuxième Etat à mettre en application la mesure communautaire, dès le 1er mai 2021, date prévue de son entrée en vigueur. Selon un communiqué du Directeur général de l’Institut national de santé publique (INSP) et coordinateur national de la Covid-19, en date du 30 avril 2021, les nouveaux tarifs des tests pour les voyageurs par voie aérienne sont passés de 35.000 à 25.000 FCFA et fixés à 5.000 FCFA pour ceux par voie terrestre.

Suivra le Burkina Faso qui a revu à la baisse le prix des tests de dépistage Covid-19 pour les voyageurs. Les coûts sont passés de 50.000 à 25.000 FCFA, selon une annonce du ministère de la Santé datée du 4 mai 2021. Le pays abrite le siège de l’organisation sous régionale qui regroupe les huit Etats membres.  Au niveau de l’aéroport de Ouagadougou c’est le nouveau tarif qui est désormais appliqué.

A l’image du Burkina, la Côte d’Ivoire aussi s’est arrimée au nouveau tarif décrété par l’Uemoa. Depuis le 07 mai 2021, soit une semaine après la date recommandée, la Côte d’Ivoire est passée de 50.000 à 25.000 CCFA pour les tests des voyageurs.

Au Sénégal, c’est plus de deux semaines après la date prévue que la mesure entrera en vigueur. Le gouvernement a commencé l’application de la décision le 18 mai 2021, ramenant les frais des tests Covid-19 pour les voyeurs à 25.000 FCFA. Les tests Covid-19 coûtaient jusque-là 40.000 francs CFA.

Pour l’application de cette mesure, les autorités sénégalaises ont invité les laboratoires « à prendre toutes les dispositions nécessaires pour se conformer » à la décision.

Situation du suivi de la décision de l’Uemoa au sein de l’espace communautaire. Après la prémière publublication de cet article, le Niger s’est lui aussi conformé à la décision, le 2 juin 2021.

Bénin, Niger et Togo : des récalcitrants

La décision de l’Uemoa n’est pas encore appliquée au Bénin. Les voyageurs, au départ et à l’arrivée à l’aéroport de Cotonou continuent de payer 50.000 FCFA pour le test. Pire, le coût du test dit « VIP » (formule express, sans file d’attente avec des résultats disponibles dans les 6 ou 12 heures) s’élève à 75.000 FCFA ! 

A la faveur d’une rencontre avec la presse le 18 mai 2021, le ministre de la Santé, Benjamin Hounkpatin a laissé entendre que chaque pays membre de l’Uemoa, est en train de prendre ses dispositions pour mettre en œuvre la décision. « Le Bénin n’est pas en marge de cela » mais « le fera en temps opportun ». Selon le ministre, l’application de la décision de l’Uemoa implique la mise en en place de « systèmes antifraude ».

Au Niger également, c’est  toujours le statu quo. La décision de l’Uemoa n’y est pas encore appliquée. Comme explication, un responsable du ministère de la Santé a indiqué à Ouestaf News que c’est tout simplement parce que la décision d’homologation des frais de test n’est pas encore entérinée en Conseil des ministres.

Les tests Covid-19 se font toujours contre 30.000 FCFA au niveau des aéroports pour les voyageurs. Quant au niveau de la frontière terrestre, la présentation de tests négatifs au Covid-19 n’y est pas obligatoire.

Trois jours après la première publication  de cet article,  le Niger s’est finalement conformé, lui aussi, à la décision d l’Uemoa.

Au Togo, pour l’heure, la décision de l’Uemoa n’y est pas non plus appliquée.

Le prix du test à effectuer à l’aéroport de Lomé est toujours à 40.000 FCFA. Un montant fixé par le gouvernement et dont le paiement se fait via les services de transferts monétaires.

Tout voyageur au départ de Lomé doit se soumettre à un test, dans les trois jours avant son départ. De même, tout passager à destination de Lomé doit présenter les résultats négatifs d’un test datant de moins de sept jours.

Mieux, à l’arrivée, le passager est encore soumis à un autre test à l’emplacement aménagé dans la nouvelle aérogare de l’Aéroport International de Lomé contre toujours le paiement de 40.000 FCFA, en ligne, avant ou à l’arrivée. Le prélèvement est effectué dès l’arrivée du passager à l’aéroport mais le résultat lui est communiqué par mail après. Il lui est juste recommandé de s’isoler, une fois chez lui, le temps de recevoir ses résultats dans les 24 heures.

Dans son communiqué recommandant l’harmonisation des frais de tests Covid, l’Uemoa avait fixé à cinq jours, à compter de la date de l’échantillon pour la durée de validité des tests de dépistages à l’entrée et au départ des aéroports. Tout comme elle a décidé de la reconnaissance mutuelle des résultats des tests Covid-19 effectués par les structures nationales habilitées dans la zone.

GS-MD-DA-BA-FN-LA/fd/ts

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici