Sénégal – Péremption des doses : près de 2,5 milliards de FCFA perdus en vaccins

0
1704
Le Sénégal et le Nigeria ont jeté plusieurs milliers de doses de vaccins anti-Covid. causes : défaut de conservation, court délai de péremption et refus des populations de se faire vacciner./Photo-Ouestaf News.

Ouestafnews – Alors qu’il est question de 3e ou 4e dose de vaccin anti Covid-19 dans certains pays, le Sénégal et le Nigeria se retrouvent à jeter à la poubelle plusieurs centaines de milliers de doses Pfizer, Sinopharm, Astra Zeneca, Johnson & Johnson frappées par un délai de péremption. Un vrai gâchis.

«… Ce serait dommage qu’on ne prenne pas les vaccins car je serais obligé de les offrir à d’autres pays africains qui en ont besoin ».

Le président Macky Sall, sur un ton d’exaspération non dissimulé, avait tenu ces propos le 25 février 2021 après avoir reçu sa première dose de vaccin Sinopharm contre le Covid-19. Dans le même discours, il avait sensibilisé ses compatriotes réticents à franchir le pas de la vaccination dans un contexte alors marqué par les ravages de la pandémie. Par la même occasion, il avait annoncé l’arrivée d’un stock de 6.790.000 doses pour couvrir « la phase de vaccination de masse ».

Cette « menace » du président Sall de faire don des vaccins à des pays étrangers comme la Guinée Bissau était-elle légitime ?

Toujours est-il que, selon le Docteur Ousseynou Badiane, coordonnateur du programme national de vaccination, un stock significatif a finalement été perdu. Fin septembre 2021, 12.460 doses de vaccins Astra Zeneca étaient périmées. Un mois plus tard, ce chiffre a atteint les 200.000 doses périmées, a indiqué l’expert du ministère de la Santé.

C’est le 23 février 2021 que le Sénégal avait lancé sa campagne de vaccination contre le Covid-19. Le gouvernement venait alors de réceptionner 200 mille doses du vaccin chinois, « Sinopharm ».

Si le programme de vaccination a longtemps pataugé, il a été vite boosté avec l’arrivée du variant Delta. Les centres dédiés ont alors fait l’objet d’une véritable ruée, accentuée par le nombre de décès et des messages de sensibilisation qui ont atteint leurs cibles. Mais l’embellie n’aura duré que quelques semaines.

Lire aussi Covid-19 au Sénégal : 3è vague, ruée vers les vaccins et dysfonctionnements

A la date du 3 mars 2022, seules 1.031.366 personnes se sont vaccinées entièrement. Plus de 1.447.4000 ont pris au moins une dose, soit 15,9% des personnes visées.

Au final, le pays se retrouve avec des doses périmées qui sont aussi provoquées par les méthodes de conservation. Le Directeur de la prévention au ministère de la Santé et de l’Action sociale, Dr Mamadou Ndiaye, soutient qu’il y en aura toujours des péremptions car en plus de la réticence de la population, il y a des vaccins qui ont une durée de vie très courte. « Les vaccins Covid qui nous sont parvenus sont des vaccins dont la durée de conservation n’est pas assez longue ». C’est le cas des vaccins Astra Zeneca et Jonhson & Jonhson. Selon Dr Ndiaye, ces vaccins nécessitent une conservation à de très basses températures pendant une certaine durée. Ce qui rend plus complexe leur utilisation.

Depuis le début, le Sénégal a reçu au total « près de 6 millions de doses » dont Sinopharm, Pfizer, Astra Zeneca, Johnson & Johnson. Les prix des vaccins diffèrent selon les pays. Parmi les vaccins que le Sénégal s’est procuré, Astra Zeneca était vendu à 16,80 euros l’unité (environ 11.000 FCFA) et Pfizer à 19,50 euros (plus de 12.000 FCFA). En raison des clauses de confidentialité exigées par les laboratoires, les prix des vaccins ne sont pas rendus publics. Des informations fournies par les agences de presse Reuters et Bloomberg ont permis d’avoir une idée des coûts unitaires de certains vaccins.

Lire aussi – Vaccination anti-Covid-19 : rumeurs et crainte des effets secondaires ralentissent la campagne

Sur la base de 16,80 ou 19,50 euros la dose, la valeur des « 200.000 doses périmées » serait de l’ordre de 2,4 milliards FCFA, selon un calcul effectué par Ouestaf News.

En Afrique de l’Ouest, le Nigeria aussi a dû subir une perte d’un million de doses de vaccins due à la péremption. Selon le ministère fédéral de la Santé, tous les vaccins périmés ont été retirés et seront détruits.

Le pays le plus peuplé d’Afrique a commencé avec « Astra Zeneca ». Et c’est le 2 mars 2021 qu’il a reçu son premier lot de 3,9 millions de doses en provenance du Serum Institute of India

Grâce aux accords conclus avec la Banque africaine d’import-export (Afrexim Bank), le Nigeria attendait 84 millions de doses de vaccins anti Covid-19 Astra Zeneca et Johnson & Johnson. Une quantité prévue pour couvrir environ 20 % des 200 millions d’habitants du pays. Selon des chiffres publiés par la BBC, environ 3 % de la population nigériane ont reçu une série complète de vaccins contre le Covid. Un taux jugé faible.

RAB/md/ts

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici